smartphones infos informations
 

PRATIQUE

PLUS DE SITES

INFOS MOBILES

Seine-Maritime > Actualités > Patrimoine > Démarche d'inscription des Clos-masures de la Seine-Maritime sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Démarche d'inscription des Clos-masures de la Seine-Maritime sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Publié le 24/04/2017
Démarche d'inscription des Clos-masures de la Seine-Maritime sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO
Pascal Martin, Charlotte Masset et Mickaël Colin, Directeur Adjoint du Cabinet d’études GRAHAL, ont présenté les démarches d’inscription des Clos-masures de la Seine-Maritime sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

I – Qu’est-ce qu’un Clos Masure ?
La Seine-Maritime est riche en histoire et en patrimoine, aussi bien culturel que paysager. Parmi cette richesse, le Pays de Caux se distingue par son identité forte et singulière. Le fondement de cette singularité du paysage cauchois est le clos-masure.

Le clos-masure est une ferme spécifique du Pays de Caux : des talus plantés de hêtres brise vent forment un grand quadrilatère qui entoure différents bâtiments. Un clos-masure comporte généralement une maison d'habitation, une étable, une grange, une charreterie et un colombier. Il peut aussi y avoir un manège, un four à pain ou un four à lin.

L'agencement des arbres qui entourent les fermes fait actuellement l'objet d'une étude en vue d'une candidature à l'UNESCO. L’objectif est de sauvegarder ce patrimoine unique au monde. Les clos-masures disparaissent en effet petit à petit avec la modernisation de l’agriculture et de l’évolution des modes de vie. Ils sont souvent restructurés : talus aplanis, arbres abattus, mares comblées. Parfois même, ils perdent leur vocation agricole.

C’est pourquoi le Département de la Seine-Maritime a engagé depuis plusieurs années, une démarche pour l’inscription des clos-masures sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO et a mobilisé l’ensemble des acteurs du territoire sur ce projet ambitieux.

II – Présentation des étapes de la démarche d’inscription des Clos-masures
A / La Valeur Universelle Exceptionnelle du Bien
La première démarche à réaliser dans tout dossier d’inscription sur la liste du patrimoine mondial, c’est la détermination de la Valeur Universelle Exceptionnelle du Bien (VUE) présenté.

Ce travail scientifique a été réalisé durant trois ans, de 2013 à 2015, par un corpus d’experts pluridisciplinaire (géographe, historien, ingénieur d’étude, archéologue, ethnoécologie, architecte- paysagiste, archiviste…) regroupé au sein d’un comité scientifique.

Un ensemble de contributions scientifiques a donc permis de déterminer des éléments de Valeur Universelle Exceptionnelle qui doit réunir deux notions fondamentales pour l’UNESCO : l’authenticité du bien, c’est-à-dire son caractère unique et l’intégrité du bien, à savoir son état de conservation. Ces deux principes fondamentaux sont agrémentés d’éléments secondaires tels que l’unicité, la représentativité ou l’exemplarité.

Le caractère unique du clos-masure a été déterminé au regard de son géosystème complexe l’environnant, de sa place centrale dans le paysage cauchois, de sa capacité de résilience, de sa transmission au travers les siècles et cela malgré sa forte vulnérabilité, en particulier depuis l’après seconde guerre mondiale.

Plus qu’un simple système agraire, le clos-masure constitue ainsi un mode d’utilisation traditionnel et global du territoire à la fois exemplaire et unique, aujourd’hui devenu vulnérable.

Cette Valeur Universelle Exceptionnelle a été confirmée par une analyse comparative à l’échelle mondiale, réalisée par Yves LUGINBÜHL, agronome-paysagiste, co-auteur de la convention européenne du paysage. Le clos-masure et les paysages cauchois ont ainsi été comparés à une quinzaine de territoires à travers le monde, en Europe (Enclosure d’Angleterre, Polder aux Pays-Bas, Village d’Oland en Suède, Jutland au Danemark…), en Afrique (Maghreb…), ou bien encore en Asie (Villages vietnamiens, plaine de Tonami….).

La phase scientifique principale achevée (elle sera agrémentée d’autres études ponctuelles tout au long de la démarche), l’année 2016 a vu le commencement de la réflexion sur l’élaboration du plan de gestion qui sera présenté dans le dossier de candidature. Une approche territoriale a été engagée amenant à la réalisation d’un diagnostic.

B / Le diagnostic du territoire et les réflexions sur le plan de gestion
Dans le développement de sa démarche le Département est accompagné d’un bureau d’études spécialisé en ingénierie patrimoniale ayant une importante compétence en projet UNESCO, le cabinet GRAHAL. Ce cabinet a travaillé durant le deuxième semestre 2016 à l’élaboration de ce diagnostic territorial qui traite de plusieurs enjeux essentiels aux clo-smasures :
- La connaissance et la sensibilisation : Comment le clos-masure est connu et perçu sur le territoire et par les habitants et acteurs locaux et quelles sont les actions de promotion de ce patrimoine ?
- La sauvegarde : quelles sont les mesures de protection existantes en termes de patrimoine culturel, naturel et paysager ?
- L’aménagement du territoire : Comment sont pris en compte les clos-masures dans les documents d’urbanisme et de planification ?
- L’agriculture : Quel état des lieux de l’agriculture dans le Pays de Caux, là où les clos-masures ont été longtemps le siège d’exploitation agricole ?

Sur l’ensemble de ces enjeux, une véritable réflexion partenariale est menée. Un comité technique de gestion a été mis en place à la suite de ce premier travail d’analyse en ce début d’année 2017.

Cette construction du plan de gestion va se développer jusqu’en 2019 alliant à la fois travail de terrain et groupes de réflexion thématique.

C / L’inventaire des Clos-masures
Dans la poursuite du développement de la démarche, le Département lance à partir du mois d’avril 2017, la phase d’inventaire des clos-masures. Ce processus est essentiel dans tout dossier UNESCO. Deux enjeux majeurs sur cet inventaire :
- Connaître les clos-masures, les identifier, les analyser et proposer un diagnostic général quant à leur intégrité ;
- Affiner la zone géographique qui sera présentée à la candidature, une zone centrale devant être déterminée ainsi qu’une zone tampon.
Cette mission d’inventaire sera réalisée sur la base d’un échantillonnage de 45 communes minimum et pour une durée de 3 ans. Seront ainsi concernés la frange Est du Pays de Caux, le Coeur de Caux et le Caux Littoral. Cette mission externalisée au Département a été confiée au groupement Atelier Lignes, Biotope et Studio A&P.

Fort de ces années de recherches scientifiques et de diagnostics, de la réflexion engagée sur le plan de gestion et du lancement de l’inventaire, le Département de la Seine-Maritime entend déposer une première candidature à l’échelon national pour obtenir cette reconnaissance des ministères compétents. Ce dépôt de candidature devrait intervenir dans les prochains mois ou au plus tard en 2018, avec l’espérance que ce dossier soit inscrit sur la liste indicative nationale dans laquelle l’État puise pour présenter une candidature officielle au Comité du Patrimoine Mondial, une fois par an.

III – Les actions de valorisations des Clos-masures
A / Les aides départementales en faveur des Clos-masures :
Le Conseil Départemental a voté le 4 octobre dernier sa nouvelle politique culturelle « Dynamique territoriale et diversité culturelle » pour les années 2017-2022. Parmi les évolutions, une aide à destination des propriétaires des clos-masures a été créée. Ce soutien financier a vocation de participer à la sauvegarde des clos-masures sur l’aspect bâti uniquement. Cette aide concerne donc tous les travaux de restauration des bâtiments agricoles anciens (grange, charreterie, four à pain…).
Les principaux critères sont : la localisation (le clos-masure doit se trouver dans une commune de moins de 5 000 habitants) et les caractéristiques identitaires (pour être aidé le clos-masure devra posséder encore 3 bâtiments agricoles traditionnels et au moins deux alignements d’arbres). Le taux de subvention est de 25% de la dépense avec un plancher à 1000 € et un plafond à 20 000 €. Les bâtiments à usage résidentiel en sont exclus.

B / La Journée du Patrimoine 2017
Comme en 2014, le Département va organiser lors des prochaines journées européennes du patrimoine en septembre prochain, une après-midi découverte d’un clos-masure. Celle-ci se déroulera le dimanche 17 septembre à Thérouldeville.
Au programme, il est prévu :
- des visites guidées par le propriétaire, Patrick Monville ;
- la participation à un atelier de peinture (sur réservation) ;
- la présentation de la nouvelle exposition itinérante, conçue par la Direction de la Culture et du Patrimoine du Département, sur la représentation des clos-masures dans la peinture, en particulier impressionniste.

Tous les détails sur la démarche

SEINEMARITIME.TV

Opération Grand site Falaises Côte d’Albâtre

Le Grand Site des « Falaises d’Etretat-Côte d’Albâtre » rassemble 13 communes re…
Geopixels 2017
Département
de la Seine-Maritime
Hôtel du Département
Quai Jean Moulin, CS 56101
76101 ROUEN CEDEX
Tel : 02 35 03 55 55