Actualités Pour vous +servir Plan hiver : faire face aux intempéries
Plan hiver : faire face aux intempéries

Plan hiver : faire face aux intempéries

Une girafe bien dans son assiette

Publié : Il y a 6 mois
Cette semaine sur seinemaritime.fr, c’est le cabinet de curiosités du musée des traditions et arts normands qui est à l’honneur. Chaque jour, il sera ainsi question d’objets insolites qui sont les sources d’anecdotes historiques improbables ou étonnantes.
 
Qui peut expliquer la signification du mot « zarafa » en arabe ? Pas tout le monde, assurément. Et pourtant, parmi ces personnes sachant que le terme désigne une girafe se trouvent peut-être des visiteurs du château de Martainville qui auront vu l’énigmatique « assiette à la girafe ». Élaborée en faïence fine à Forges-les-Eaux au XIXe siècle, cette pièce aux bordures couleur manganèse montre l’animal susnommé attaché à une barrière sur un sol vert.


 
On peut s’étonner de la représentation d’un mammifère aussi exotique en Normandie, là où d’habitude, les vaches sont les uniques stars ruminantes. Mais ce serait ignorer un fait historique remontant à 1826 avec l’arrivée à Marseille de la première girafe en France, offerte par Méhémet-Ali, pacha d’Egypte, à Charles X. L’animal originaire d’Afrique avait alors prolongé son voyage au long cou(rs) en visitant le pays jusqu’à Paris, pour enrichir la ménagerie du Jardin des plantes en 1827. Sa renommée fit grand bruit à tel point que son image allait devenir très à la mode sur de nombreux supports, dont cette fameuse assiette visible à Martainville-Épreville.
 
De nos jours, les girafes se font discrètes dans l’univers de la vaisselle. Elles font plutôt référence à ces pintes géantes de bière équipées d’un robinet verseur et pouvant contenir un à cinq litres de breuvage dont la consommation doit rester raisonnable. Car, parfois c’est alors à cause d’une girafe que l’on n’est pas dans son assiette.
 
Le site web du musée des traditions et arts normands se trouve à cette adresse