Vos services Institution, élus Vos sorties
AccueilActualités

Abbaye en couleurs : une éclosion en toute discrétion

Retour
C'est en toute discrétion, à l'abbaye Saint-Georges de Boscherville, que 350 000 bulbes de narcisses, tulipes, muscaris et crocus ont revêtu leur parure de pétales, révélant ainsi toute leur splendeur. Une floraison éphémère qui marque l'aboutissement d'un formidable projet initié par le Département de la Seine-Maritime dans le cadre du festival Normandie impressionniste et qui évolue, chaque jour, dans l'intimité de ce jardin remarquable privé momentanément de ses visiteurs.
Publié : Il y a 1 mois
C'est dans le cadre du projet de valorisation du jardin monacal de l’abbaye Saint-Georges de Boscherville, que le Département avait lancé, en novembre dernier, une campagne de financement participatif et un appel au mécenat pour redonner de la couleur au site. À l'issue de ce crowfounding, plus de 3 000 euros avaient été récoltés grâce à la générosité de 56 donateurs. 350 000 bulbes de fleurs ont ainsi été plantés d'octobre à décembre, dans 3 000 m2 de parterres répartis sur les 4 hectares que compte le jardin de l’abbaye, "soit une densité de 90 bulbes par m2", précise Serge Conreur, le jardinier en chef du site et coordonnateur du chantier d'insertion. "Le plus souvent les massifs sont composés de quelques centaines ou, plus rarement, quelques milliers de bulbes, mais 350 000 sur une surface aussi restreinte c'est une vraie performance", souligne-t-il. Un travail de titan représentant des milliers d'heures et confié aux 12 jardiniers du chantier d'insertion qui se sont mobilisés à raison de 8 personnes en moyenne par jour pendant deux mois pour que les 35 variétés différentes, dont 20 variétés de narcisses, soient mises en terre à temps pour une floraison au printemps. "Nous avons reçu l'aide de notre collègue Cédric Aubert, le jardinier du château de Martainville et celle des apprentis de la Maison Familiale rurale, un centre de formation en espaces verts", précise Serge Conreur. 

C'est en lien avec le thème de la 4e édition du festival Normandie Impressionniste "la couleur au jour le jour" que ces tapis floraux ont été imaginés par Thierry Hay, le responsable des espaces verts des sites et musées départementaux, et mis en scène sous l’appellation “Abbaye en couleurs”. Un décor composé de touches blanches, jaunes et orange, rappelant les champs et paysages immortalisés par les maîtres impressionnistes et qui a connu son apothéose autour du 20 mars, dans l'intimité d'une abbaye confinée, sous les yeux privilégiés de Serge Conreur. Seul spectateur de cette oeuvre éphémère le jardinier, qui passe trois fois par semaine pour arroser les parterres, pense à la déception de ses collègues ."C'est vrai qu'après avoir tant travaillé sur ce projet, ne pas pouvoir admirer le résultat c'est un peu frustrant. Je leur envoie des photos. mais évidemment ce n'est pas pareil"

Mais toute l'énergie déployée dans ce projet est loin d'être vaine. En effet, si la floraison des bulbes ne dure que quelques semaines ils renaitront à chaque printemps plusieurs années de suite. Les événements programmés autour de ce projet et annulés à l'instar de “Jardins en Eveil” qui était prévu les 4 et 5 avril pourront sans doute être reconduits l'an prochain. Un coup du sort qui sera également vite balayé par la tâche qui attend les jardiniers de l'abbaye. Selon le temps que durera encore le confinement, le jardin aura besoin d'une remise au propre plus ou moins importante qui nécessitera la motivation de chacun et elle ne faillit pas "Le jardin nous manque. Des collègues m'appellent pour me dire qu'ils sont prêts à revenir travailler...", conclut souriant Serge Conreur.

En attendant de retrouver l'abbaye Saint-Georges de Boscherville et ses joyaux immortels ou éphémères, profitez de l'abbaye en couleurs à travers ce diaporama photo...