Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilActualités

Vendanges à l'abbaye

Retour
Le 25 septembre dernier, l’abbaye saint Georges de Boscherville renouait avec une tradition devenue insolite en Seine-Maritime aujourd’hui… les vendanges. Une expérimentation commencée en 2005 et qui fait revivre une des nombreuses activités qui occupaient les moines autrefois.
Publié : Il y a 2 mois
Situation. Perché sur les hauteurs du jardin, le vignoble est le premier à profiter des rayons du soleil qui s’étalent sur le coteau. En contre bas, l’abbaye, encore embrumée, observe les allées et venues des vendangeurs qui, de bon matin, sont venus ramasser une à une les grappes lourdes et juteuses qui ont généreusement poussé cet été, profitant d’un climat, d’une orientation et d’un sol propice. La récolte sera bonne… les caisses se remplissent vite.
 
Variétés. Du muscat de Hambourg, du chasselas, du chardonnay, plusieurs cépages cohabitent sur 2500 m2. Une petite surface comparée aux 5 hectares du jardin, mais suffisante pour fabriquer le vin de messe à l’époque où les moines vivaient à Saint-Georges. Un vignoble qui avait disparu, victime des nombreux bouleversements que l’abbaye a subi dans son passé avant d’être rachetée par le Département en 1987 et de retrouver sa superbe.
 
Renaissance. Deux cents ans d’inactivité qui ont effacé les traces du vignoble et du jardin, reconstitués à partir de gravures du 13e siècle par un architecte paysagiste des monuments de France. « On a remis les vignes en 2005, exactement où elles étaient », précise Serge Conreur, le responsable des jardins de l’Abbaye. Une résurrection qui s’est faite en douceur et non sans difficultés « Je ne suis pas viticulteur. J’ai fait des erreurs, je n’étais pas suffisamment encadré ». Mais à force de persévérance et grâce aux conseils d’un spécialiste, Serge Conreur peut observer ce matin, avec fierté, “les fruits” de son obstination et du travail de son équipe de jardiniers.
 
Vignification. Dans l’après-midi, les nombreuses grappes de raisin récoltées partiront pour la vignification. « Nous ne savons pas encore ce que à quoi le vin produit servira, peut-être de la gelée de vin… nous y réfléchissons », poursuit Serge Conreur. Un met gourmand qui accompagne le fromage ou le foie gras et qui viendra peut-être enrichir les rayons du magasin de l’abbaye d’ici peu, à côté des pots de confiture.
 
En attendant, les vendangeurs savourent la quiétude de cette fin de matinée ensoleillée autour d’une pause-café bien méritée. Assis sur les murets qui encadrent la première des quatre magnifiques terrasses en jardin, ils observent les jardiniers qui s’affairent plus loin dans le verger et les touristes qui déambulent au milieu des nombreuses plantes aromatiques. L’abbaye Saint-Georges de Boscherville est belle est bien réveillée.

Plus d'infos : www.abbayesaintgeorges.fr