Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
COVID-19 : point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Mon Panier 76 : Les Minis de l'Arbalète

Publié : Il y a 1 mois

Chaque vendredi, zoom sur l'une des exploitations de la Seine-Maritime présente sur le site Mon Panier 76, une plateforme élaborée par le Département qui permet d’identifier et de localiser producteurs et points de vente de produits locaux. Cette semaine, c’est au tour de la ferme des Minis de l’Arbalète, située à Saint-Maclou-de-Folleville, dans le pays de Caux.

Il y a les bonnets d’ânes bien connus des cancres ou les ânes culottés de l’île de Ré mais les ânesses qui baguenaudent à la ferme des Minis de l’Arbalète sont bien plus sages et beaucoup moins excentriques. Sous le regard de Christine Morisset, seule au gouvernail, elles servent à une noble cause : concevoir des produits cosmétiques sains et naturels.

Cette activité à laquelle Christine s’adonne aujourd’hui s’est imposée un jour comme une évidence. Elle a été la conclusion logique tout en constituant la somme de ses compétences, de son parcours et de ses passions. « Tout d’abord j’ai grandi dans une ferme. Mes parents vivaient pratiquement en autarcie, ils mangeaient juste les produits de l’exploitation et faisaient attention en achetant d’autres produits. Pour tout ce qui était de l’homéopathie, par exemple ».

Dans les souvenirs de cette enfance résident les fondations des carrières successives de Christine, qui a d’abord été préparatrice en pharmacie. « Par goût des préparations et des plantes. Après quelques années, j’ai décidé de reprendre des études, au terme d’un bilan de compétences. Et j’ai été formatrice en comptabilité car l’enseignement m’attirait ». Tout en transmettant et partageant ses connaissances avec ses élèves, l’idée d’une reconversion fait son chemin. Avec son mari, elle se met en quête d’un lieu qui pourrait convenir à un projet nourri au long cours : créer une micro-ferme alliant élevage et culture de plantes aromatiques et médicinales. « Cela représente tout ce que j’aime et cela me permet de concevoir des cosmétiques naturels et biologiques, à base de lait d’ânesse ». Pour chaque produit, une règle d’or est à appliquer : bien choisir la plante et ses propriétés qui la caractérisent. « L’achillée millefeuille, par exemple. C’est une plante sauvage qui pousse beaucoup chez nous. Elle a des propriétés intéressantes. On peut notamment la trouver dans des tisanes qui apaisent des règles douloureuses. Moi je l’utilise pour réaliser une crème liée aux problèmes de peau ». En complément de ces crèmes, d’autres produits sont élaborés : un baume à lèvres, fait à la cire d’abeilles, et des savons. « J’ai aussi du shampoing solide. Ça ressemble à un pain de savon. Au début, ça peut surprendre, on a les cheveux un peu moins gainés mais il suffit de faire un rinçage avec de l’eau tiède. L’avantage, c’est qu’on n’a pas à subir le moindre tensioactif agressif pour les cheveux ».

La passion qui anime Christine n’est pas prête de s’éteindre. Ce ne sont pourtant pas les semaines de 80 heures qui manquent, ni le niveau d’exigence propre aux labellisations bio. « La ferme est certifiée AB. C’est un coût important, même le produit vaisselle que j’utilise pour laver mes ustensiles doit être certifié ! Mais c’est un vrai gage de qualité et de travail pour le consommateur. Et puis ça correspond à mes valeurs ». Aujourd’hui, c’est donc tout en envisageant de nouveaux produits et de nouvelles cultures que Christine prépare ses recettes dans son drôle de laboratoire : une roulotte. « On l’a achetée en kit et on l’a construite nous-mêmes. Je revois encore ma fille m’aider à tenir les fenêtres quand on a tout assemblé. Ça a un côté bucolique, il y a un bel espace de travail et en plus, j’ai une vue imprenable sur mes ânes ! ».

Les Minis de l’Arbalète sur le site Mon Panier 76