Actualités Pour vous +servir Seine-MariTEAM76
Seine-MariTEAM76

Seine-MariTEAM76

Famille : une histoire intime

Publié : Il y a 6 mois
Les Archives départementales consacrent une journée à la généalogie, en écho à l’exposition « Derrière la porte : Histoires intimes (1700-1940) », au pôle culturel Grammont de Rouen.

Les Archives départementales de la Seine-Maritime organisent le 9 novembre une journée dédiée à la généalogie sur le thème « Famille : une histoire intime ». Cette animation vient en appui à l’exposition actuellement en place au pôle culturel Grammont de Rouen, « Derrière la porte », à visiter jusqu’au 6 janvier. Marie-Odile Mergnac, auteure tourangelle de plusieurs ouvrages de généalogie, est l’invitée de cette journée spéciale. Pas besoin d’être un féru de la discipline pour participer, c’est ouvert à tout public. Mais attention, on peut vite devenir accro ! « La généalogie est un loisir qui peut se transformer en passion, l’histoire familiale devient une saga dont les héros sont vos ancêtres », prévient la conférencière.

Deux exposés sont donnés à 13h30 et 15h sur le site de Grammont. Le premier porte sur la transmission de son histoire familiale et le second détaille les informations que l’on peut réussir à collecter sur ses ancêtres grâce aux archives notariales. Le Département a commencé cette année à numériser ces actes pour que les Seinomarins puissent y accéder sur rendez-vous. « Les notaires réalisent des inventaires, ce qui peut donner lieu à des anecdotes ou relater des conflits de famille, comme ce Rouennais qui constatait la disparition de fourchettes dans l’argenterie et qui accusait son gendre de les avoir dérobées. Ou encore, l’épouse d’un chirurgien qui détestait son gendre lui interdisant par voie notariée de traverser sa partie de jardin », explique Marie-Odile Mergnac.

On se rend compte qu’avant le Second Empire, il était difficile de se marier sans le consentement de ses parents : pas avant 25 ans pour les filles et 30 ans pour les hommes. Pour contourner cet accord, il fallait notifier son intention de convoler en justes noces par un notaire, un « acte respectueux » à renouveler deux fois. « Dans les archives notariales, on trouve également des tentatives de mises sous tutelle pour récupérer les biens des parents, par exemple. »

Dans les actes, on peut trouver des indications sur le mode de vie de l’époque : le nombre de pièces à vivre, la couleur des robes, la quantité de linge possédé… Ces archives ont la particularité d’être plus anciennes que les registres paroissiaux et concernent autant les familles les plus riches que les plus pauvres. Parmi les types de documents, il y a les contrats de mariage, les testaments et donations qui peuvent permettre d’en savoir plus sur les relations affectives entre les membres de la famille, mais aussi les inventaires après décès, les ventes et achats de bien, les reconnaissances de paternité… Autant de pépites pour fouiller dans le passé.

Après les deux conférences, un spectacle écrit par Marie-Odile Mergnac, mis en musique et non dénué d’humour, sera joué à 18h30, toujours au pôle Grammont de Rouen. Intitulé « le cours de généalogie », c’est une comédie très drôle, qui mêle théâtre, chant et danse. C’est gratuit et ouvert à tous sur inscription auprès des Archives en suivant ce lien.

Pour en savoir plus, il est possible d'écouter un podcast dédié à cette journée spéciale du 9 novembre.