Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
COVID-19 : point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Le Projet Alimentaire Territorial : de la fourche à la fourchette

Publié : Il y a 13 jours
©Marceau Bellenger

Jeudi 7 janvier, Bertrand Bellanger, Président du Département, s’est rendu au collège Pablo Picasso de Saint-Étienne-du-Rouvray afin d’y présenter le Projet Alimentaire Territorial.

Dans le restaurant scolaire du collège Pablo Picasso, le chef David Goupil et son équipe de 4 cuisiniers préparent les repas du jour. Le menu, élaboré en concertation avec la direction est équilibré et varié. Il est composé d’une entrée au choix parmi un potage de légumes, des crudités, du maïs au thon ou du pomelo, suivie d’une paupiette de dinde ou de saumon accompagnée de ses légumes, du fromage et des pâtisseries, dont certaines sont faites maison. Tout est mijoté sur place : la cuisine du collège Pablo Picasso est une cuisine dite centrale, « Nous travaillons comme dans une cuisine traditionnelle mais en plus grande quantité », explique le chef « une magasinière conditionne des repas distribués par notre livreur dans d’autres établissements. Huit cent soixante repas sont préparés chaque jour. Deux cent quatre-vingt sont à destination des élèves de Pablo Picasso, les autres sont à destination des 3 autres collèges de la ville, celui du Petit-Quevilly et le collège Boieldieu de Rouen ».

C’est donc au sein de cette cuisine centrale que le Projet Alimentaire Territorial, voté le 10 décembre, va être expérimenté tout au long de l’année. « Nous aurons ainsi des retours d’expériences qui nous permettront, dès 2022, de développer ce projet à grande échelle » explique Bertrand Bellanger. « L’objectif consiste à mettre en adéquation l’assiette des collégiens et l’agriculture locale dans le but de mieux manger ».

Pour cela le Département renforce son soutien auprès des agriculteurs locaux. Le Projet Alimentaire Territorial prévoit ainsi que d’ici 2025, les collégiens auront dans leurs assiettes 50 % de produits de qualité et durables, dont au moins 20 % de produits biologiques. Un enjeu de taille puisque chaque année, les collèges du Département préparent 5 millions de repas.

Alliant économie, environnement et social, le Projet Alimentaire Territorial s’articule en 9 enjeux qui se déclinent en 28 actions. Outre la restauration dans les collèges, ces actions visent à améliorer l’alimentation de l’ensemble des habitants de la Seine-Maritime, et notamment celle de publics et structures ciblés : établissements du secteur habilité en protection de l’enfance, personnes âgées et handicapées en perte d’autonomie, foyers les plus modestes… Le Département entend accentuer la politique agricole en ce sens, poursuivant par ailleurs sa participation au développement et à la structuration des circuits courts. La lutte contre le gaspillage alimentaire s’inscrit également dans cette démarche partenariale associant de nombreux acteurs du territoire.

A terme, le Projet Alimentaire Territorial prévoit aussi d’apporter les produits des agriculteurs locaux dans les menus des restaurants des EHPAD et du restaurant administratif du Département, sans oublier d’harmoniser les pratiques de gestion de déchets et les politiques de prix sur tout le territoire. De la fourche, à la fourchette, le chemin n’est pas si long.

ET AUSSI

Déjà engagé en faveur des circuits courts, le Département de la Seine-Maritime propose aux chefs de restauration collective de s’approvisionner auprès des producteurs locaux référencés sur la plateforme Agrilocal.

En février 2020, le Département a lancé l’application Mon Panier 76, sur laquelle chacun peut identifier le producteur local le plus proche de chez lui.