Actualités Pour vous +servir Jeunes volontaires pour Paris 2024
Jeunes volontaires pour Paris 2024

Jeunes volontaires pour Paris 2024

Les mini-entrepreneurs à l'honneur

Publié : Il y a 2 mois
©Julien Paquin
Jeudi 9 juin, l’Hôtel du Département accueillait le premier forum des mini-entreprises de la Seine-Maritime. Ce rendez-vous a valorisé les beaux projets de plusieurs collèges du territoire.
 
Des collégiens créant et gérant une entreprise de A à Z ? C’est tout à fait possible… et même encouragé par le Département de la Seine-Maritime qui développe depuis 2018 un partenariat avec Entreprendre Pour Apprendre Normandie (EPA). Agréée par le Ministère de l’Éducation nationale, l’association de loi 1901 propose et développe des parcours pédagogiques autour du concept de la mini-entreprise. Celle-ci constitue un projet concret et collectif dans lequel un groupe de jeunes expérimente l’entrepreneuriat de façon ludique et professionnelle.
 
Jeudi 9 juin, le Département et EPA ont tenu à mettre en lumière cette démarche, en invitant les principaux acteurs et leurs encadrants pédagogiques qui se sont investis au cours de l’année 2021/2022. Chaleureusement accueillis au sein de l’Hôtel du Département par Séverine Gest, vice-présidente en charge de la jeunesse et des sports, les collégiens ont dévoilé le fruit de leur travail. Ces élèves de 4e et 3e ont démontré leur capacité à concrétiser des idées très intéressantes.


 
Le collège André-Gide de Goderville était fier de présenter des couvercles pour refermer une canette métallique lorsque la soif est assouvie, tandis que le collège Rollon de Gournay-en-Bray faisait la promotion de son emballage alimentaire réutilisable à base de cire d'abeille. Les autres établissements présents proposaient des bijoux, des savons bio, des doudous-glacières… Un rapide tour des stands suffisait pour comprendre que ces entrepreneurs en herbe sont mini par l’âge et par la taille de la structure qu’ils ont créée, mais maxi par leur implication et la qualité des projets développés durant l’année scolaire.
 
« Les élèves que nous accompagnons ont toujours plein d’idées et savent pleinement s’emparer de la liberté d’expression que nous leur offrons à travers cette expérience. Les actions tournent beaucoup autour du développement durable : écologie, économie circulaire, récup’… Sensibles à cette cause et solidaires, ils savent aussi mettre à profit les richesses de leur territoire », se réjouit Benoit Gaillard, directeur d’EPA Normandie. « Ce premier forum était l’occasion de présenter leurs projets, mais aussi de les aider à mieux comprendre le rôle de la collectivité. Ils voient notamment le logo du Département au sein de leur établissement, mais ne savent pas souvent quelles sont réellement ses missions. Ils ont aujourd’hui bénéficié d’un temps d’échanges avec des élus pour cerner l’institution. Ils ont posé des questions pertinentes auxquelles les conseillers ont répondu avec enthousiasme. La rencontre a vraiment été bénéfique, tout à fait conforme aux valeurs de partage et d’éducation populaire que nous défendons. »


 
Les collégiens ont visité l’Hôtel du Département pour approfondir leurs connaissances sur la collectivité à travers l’architecture abritant son siège. Ils ont aussi profité de l’atelier Snapshot, utilisant un masque de réalité virtuelle pour une sensibilisation à la laïcité et aux valeurs de la République, à la lutte contre les discriminations, à la prévention des violences sexuelles et de la radicalisation.
 
Seize mini-entreprises ont vu le jour en Seine-Maritime cette année, et l’action sera bien évidemment reconduite pour les candidats volontaires l’an prochain. « Le Département soutient EPA Normandie par le biais d’une convention pluriannuelle d’objectifs. L’enjeu est très intéressant pour les élèves qui découvrent le monde du travail en œuvrant ensemble, chacun d’entre eux assumant une fonction précise pour assurer le bon fonctionnement de leur mini-entreprise. Ils apprennent ainsi des notions qui leur seront utiles pour leur vie professionnelle future. L’argent qu’ils parviennent à récolter sert à financer divers projets scolaires et des causes solidaires », conclut Ana-Paula Bachelet, agent du service jeunesse au Département.