Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Le saviez-vous ? Le Département favorise l'insertion via le nettoyage des berges de Seine

Publié : Il y a 2 mois

Le Département veille à assurer la propreté des berges du fleuve. Cette mission environnementale est confiée à une entreprise d’insertion qui permet à ses salariés de renouer durablement avec le monde du travail.

Tout au bout de la Chaussée Bertrand, la base de plein air d’Hénouville se dévoile. La Seine s’écoule paisiblement sous un beau soleil matinal. Une péniche traverse le paysage tandis qu’un couple de cygnes se laisse doucement bercer par les flots. La magie des lieux opère mais, en y regardant de plus près, des intrus troublent ce cadre bucolique.

Bien qu’ils soient relativement discrets, nul ne peut ignorer leur présence. Ça et là, sur la berge, les macro-déchets fleurissent. Les matières sont diverses (plastique, verre, métal…) tout comme les formes (aérosols, emballages, seringues…). Plus impressionnante, une embarcation hors d’usage est échouée sur place. Ces éléments sont inexorablement transportés par la Seine. Au rythme des marées et du trafic fluvial, ils viennent souiller les rivages. Heureusement, les agents de Naturaul’un sont sur le terrain et mènent une lutte acharnée pour rendre au site sa beauté naturelle.

Utilité environnementale et sociale

Armés d’une pince, de gants et de sacs poubelle, Hervé, Mathieu et Éric quadrillent le secteur afin de récolter ces détritus indésirables. David Lemaignent, leur encadrant technique, les accompagne et met également la main à la pâte. « Je veille à ce que l’opération se déroule bien et je rappelle continuellement les consignes de sécurité. Il faut notamment faire attention au remous lors du passage d’un bateau », précise David. Toujours bienveillant, l’encadrant sait prêter une oreille attentive lorsque le besoin se fait ressentir.

De leur côté, les trois salariés présents ce jour enchaînent les découvertes et font preuve d’une certaine philosophie. « Cet endroit n’est pas trop sale aujourd’hui ; il était bien pire lors de notre dernière venue », commente Éric. « On est souvent surpris par la quantité de déchets lorsqu’on débute à ce poste. Et c’est plutôt frustrant car il faut sans cesse recommencer pour garder un site propre », ajoute Hervé. « En tout cas, notre mission est utile car on protège la nature », conclut Mathieu.

L’utilité est également et avant tout sociale, car ces agents ont traversé une période d’éloignement du monde du travail avant de trouver le chemin de Naturaul’un. Cette entreprise d’insertion leur permet de repartir du bon pied. « Les personnes embauchées bénéficient d’un accompagnement, d’une durée maximale de deux ans, pour dessiner leur projet professionnel. Elles ont rendez-vous toutes les deux semaines avec une conseillère et bénéficient des formations nécessaires. Parallèlement, le travail rémunéré qu’elles assurent leur permet de retrouver de bonnes habitudes. Notre rôle est de lever tous les freins sociaux en vue de favoriser leur retour à l’emploi dans le domaine d’activité visé : espaces verts, transports routiers, menuiserie… Les objectifs sont très variés. Une ancienne salariée est devenue assistante maternelle, un autre est aujourd’hui coach sportif et l’une est coiffeuse » rapporte Mélissa Albaret, chargée de mission.

Un engagement gagnant-gagnant

Acteur du développement durable mais aussi de l’insertion par l’activité économique, le Département de la Seine-Maritime est engagé depuis 2008 dans cette opération conjuguant la préservation de la qualité des berges du fleuve avec l’accompagnement socioprofessionnel des personnes les plus éloignées de l’emploi. La collectivité pilote pour cette prestation de ramassage des déchets un marché public de services d’insertion et de qualification professionnelles. Elle bénéficie du soutien de divers partenaires : l’Europe (Fonds Social Européen), le Grand Port Maritime de Rouen et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie. Conjuguant solidarité et environnement, cette action illustre l’engagement du Département en faveur du développement durable et s’inscrit dans les priorités de son Plan Climat 76 adopté en juin 2020.

L’impact environnemental est concret et les chiffres sont éloquents. En moyenne, 12 sacs sont ramassés lors d’une journée d’intervention. 20 tonnes de déchets par an sont ainsi recueillies avant d’être éliminées dans les filières adaptées en vue de leur valorisation, incinération ou enfouissement. Une vingtaine de sites bénéficient de cette attention constante.

Le volet social n’est pas en reste. L’entreprise d’insertion Naturaul’un retenue pour cette mission a embauché, formé et suivi 85 personnes depuis 2008. 70 % d’entre elles ont quitté la société avec une perspective d’emploi, de formation ou de poursuite de parcours.

   

Cette opération porte ses fruits mais la lutte contre les déchets se répète infiniment. La prise de conscience doit impérativement être collective pour que les berges ne subissent plus cet affront. En attendant ce jour utopique, environnement et insertion font bon ménage. La cause est noble et revalorise à la fois la nature et l’humain.