Actualités Pour vous +servir Mon kit bioéthanol 76
Mon kit bioéthanol 76

Mon kit bioéthanol 76

La brasserie Ragnar à Rouen : skol !

Publié : Il y a 1 mois
Boire de la bière avec des racines dedans ? L'idée a de quoi faire frissonner d'effroi, sauf quand il s'agit de racines historiques normandes. C'est tout ce qui fait le pétillant de la Ragnar et de sa brasserie artisanale éponyme.
 
 Dans un hangar immense situé à Oissel, près de Rouen, des cuves de fermentation se dessinent au loin. Près de l’entrée, des palettes de cartons et boîtes de bières en bouteille attendent un camion qui les emmènera quelque part en Seine-Maritime ou dans l’Eure et peut-être même du côté de Caen. Les logos de la brasserie Ragnar sont un peu partout : sur les t-shirts des employés, notamment. Au-dessus de la porte menant aux bureaux figure un gigantesque drapeau, celui de la Normandie. Une évidence pour Benoît Rousset, ex-professeur d’Histoire en collège et un des trois fondateurs de la brasserie dont l’activité a commencé en 2020. « Notre but, c’est de créer des bières ayant un fort ancrage local et historique et qui mettent en valeur nos racines vikings, via des compositions comprenant des plantes et des épices consommées jadis. » Ces références historiques se goûtent d’abord dans les noms des deux marques de la brasserie. « La Ragnar célèbre le chef viking qui a remonté la Seine au IXe siècle. On y trouve des recettes évoquant l’abbaye de Jumièges par exemple avec du genévrier qui donne une touche fruitée. Il y a aussi une autre recette qui évoque l’Islande. Quant à la Rollon, elle s’inspire du chef viking qui s’est installé et a fondé le duché de Normandie en 911, elle est plus grand public. »
 
Au-delà de ses créations de bières, la brasserie Ragnar a entamé un colossal projet : réhabiliter l’Ééglise Saint-Nicaise à Rouen, un joyau du patrimoine unique en son genre, « classé monument historique depuis mai dernier et que nous allons transformer en église-brasserie et restaurant gastronomique ». Les travaux doivent débuter début 2024 et demandent une grande préparation en amont. « C’est une belle dame mais qui a beaucoup souffert. Sa particularité est d’être une église à deux époques. La nef a brûlé en 1934 et a été reconstruite en art déco, avec du béton, ce qui était rare à l’époque et qui contraste fortement avec le chœur gothique datant du XVIe siècle ». En attendant la finalisation de ce chantier ambitieux, l’église connaît néanmoins déjà la fièvre d’attroupements joyeux, via son jardin (voir photo de couverture). « Nous l’utilisons comme un biergarten, cher aux Allemands ou aux Hollandais. On peut y boire nos bières en les agrémentant de plateaux de produits locaux, fromages et cochonnailles divers. » Et si ces amuse-bouche ne rassasient pas assez, il est possible d’achever son pèlerinage viking en se rendant au Rollon - Pub & Børger Normand, rue du Gros-Horloge, toujours à Rouen, « un restaurant que nous avons ouvert en privilégiant des burgers conçus avec des produits locaux et qui résonne un peu comme un fast-good à la normande ». De quoi mettre en joie toutes ses papilles et de trinquer avec ses camarades de tablée au son viking de « Skol ».

Consulter le site de la brasserie Ragnar.