Actualités Pour vous +servir Mon kit bioéthanol 76
Mon kit bioéthanol 76

Mon kit bioéthanol 76

Le guêpier d'Europe : un oiseau haut en couleur

Publié : Il y a 2 mois
©Parc de Clères
Aujourd’hui, continuons notre découverte de certains habitants du parc de Clères avec un oiseau qui annonce la couleur : le guêpier d’Europe.
 
Le guêpier d’Europe est sans doute l’un des plus beaux oiseaux ou du moins l’un des plus richement colorés. La description de son plumage fait appel à toutes les couleurs du spectre, lui donnant un air d’oiseau exotique.

II possède un dos brun-marron à jaune paille, un ventre bleu turquoise, une calotte brune, une gorge jaune, des ailes mêlant brun, bleu vert et bord de fuite noir. Sa queue est bleue avec une pointe effilée et son bec assez long et arqué est noir. Un bandeau, de la même couleur que son bec, entoure son œil à l’iris rouge lui donnant un petit air voyou. Son front blanc vient compléter l’inventaire des couleurs.
Le mâle et la femelle sont semblables, mais madame est souvent un peu plus terne.
De la taille d’un merle, le guêpier mesure de 27 à 29 cm et pèse de 45 à 80 g.
Grégaire et se déplaçant souvent en petites bandes, il s’annonce par des cris caractéristiques faits d’une succession de vocalises roulées.

En milieu naturel, le guêpier d’Europe revient de ses quartiers d’hiver d’Afrique de l’Ouest, au mois de mai, et se regroupe en petites colonies de quelques oiseaux ou dizaines d’individus. Il s’installe dans des zones comprenant des petites falaises de terrain meuble à proximité d’eau, berges de rivières, falaises, carrières et remblais, voire parfois un simple petit talus où il creuse un terrier de plus d’un mètre de long grâce à son bec. Dans les secteurs agricoles ou plus régulièrement perturbés, les colonies sont mobiles et il n’est pas rare qu’elles changent d’emplacement d’une année sur l’autre, éclatant parfois en petits noyaux éparses.
Fin mai ou début juin, la femelle dépose jusqu’à 6 œufs avec un temps d’incubation de 3 semaines. Les jeunes pointent le bout de leur bec très précocement pour recevoir leur pitance et s’envolent dès leur 4e semaine de vie.  En même temps qu’ils les nourrissent, les parents leur apprennent les techniques pour capturer eux-mêmes les proies. Puis vers fin août ou début septembre, chacun reprend son envol pour d’autres destinées.

Au parc de Clères, les guêpiers d’Europe sont au nombre de 4. Ne pouvant pas creuser de tanière, les soigneurs du parc mettent des nichoirs à leur disposition.



Contrairement à nous, les humains, qui cherchons à échapper aux insectes, le guêpier d’Europe en raffole car il se nourrit essentiellement d’hyménoptères. En termes moins scientifiques : des guêpes, des abeilles, des bourdons ou encore des frelons. Et parfois il change de menu en le complétant d’autres insectes volants comme des papillons, criquets ou libellules.

Le guêpier chasse d’une façon peu singulière. En effet, il vole très vite et attrape sa proie en vol, souvent après un affût en hauteur, puis il va se poser sur une branche pour la déguster après l’avoir assommée en la frappant contre la branche et il rejette les parties non digestibles.

La population de guêpiers fait preuve d’une belle dynamique. L’espèce reste cependant sensible aux dégâts des pesticides qui déciment les proies. La destruction/modification des sites de nidification ainsi que le dérangement humain (l’espèce est fortement convoitée notamment par les photographes et observateurs divers) comptent parmi les facteurs supplémentaires qui impactent négativement les populations de la région.

« Aucun oiseau du parc de Clères n’a été prélevé de son habitat naturel » précise Maddison, soigneuse au secteur volière anglaise et zone d’élevage au parc de Clères.