Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilActualités

Carnet rose et collections au Parc de Clères

Retour
Au Parc de Clères, le mois de juin a été marqué par des naissances et le transfert de propriété de l’ensemble des biens mobiliers.
Publié : Il y a 20 jours
En 2017, l'année avait été riche en naissances au Parc de Clères avec l'arrivée d'un goura de Scheepmaker, d'une grue de Mandchourie, d'une perruche souris, de deux tamarins empereurs et d'un gibbon à favori roux. En juin 2018, le Parc est heureux d'accueillir à nouveau deux bébés tamarins ainsi qu'une grue de Mandchourie qui a pointé le petit bout de son bec le 20 juin. Tout ce petit monde se porte bien.

MISSIONS
Autrefois considérés comme de simples lieux de divertissement et de loisirs, les parcs zoologiques ont beaucoup évolués au cours du XXème siècle en se s’attribuant de nouveaux objectifs. Ils jouent aujourd’hui un rôle majeur dans la préservation d’espèces menacées.
Le Parc de Clères s’investit dans trois missions essentielles : LA CONSERVATION
La sauvegarde et la protection des espèces menacées est une priorité pour les zoos. Ces derniers sont devenus des réservoirs d’animaux pour la nature. Jean Delacour fut d’ailleurs l’un des précurseurs de la protection de la biodiversité en étant le premier président de l’Association Française des Parcs Zoologiques (AFdPZ) à sa création en 1969.

COLLECTIONS
Le mercredi 27 juin 2018, Pascal Martin, Président du Département de la Seine-Maritime, a signé le transfert de propriété de l’ensemble des biens mobiliers, situés au château de Clères, qui était encore propriété du Muséum national d’histoire naturelle. Cette signature vient conclure définitivement le transfert du parc de Clères au Département de la Seine-Maritime, amorcé en 2013. Les collections situées jusqu’en 2010 à l’intérieur du manoir, constituent les dernières traces de la présence du fondateur du zoo, Jean Delacour, ornithologue et naturaliste franco-américain. 

En 1919, Jean Delacour achète le domaine de Clères pour y installer sa collection animalière et s’établit dans le château. Celui-ci est dévasté par un incendie en 1939, durant lequel les archives du naturaliste et les boiseries du salon et de la salle à manger sont détruites. Il emménage dans le manoir, un bâtiment à pan de bois datant de la reconstruction du château au XVIe siècle.

Dans ces lieux, déjà modifiés par le Comte Hector de Béarn dans les années 1860, l’ornithologue organise sa vie entre sa chambre-bureau, la chambre de sa mère, une salle à manger et un salon qui sert à exposer ses objets d’art issus de voyages. Jusqu’en 2010, le mobilier n’avait pas bougé. Lit à baldaquin vert amande, bureau, armoire aux décors chinois, fauteuils massifs, tableaux, tapisseries, statues, bols annamite du XIIIe siècle, argenterie ou tapisseries… L’ensemble du domaine et des collections avait été légué au Muséum par Jean Delacour.

En 2010, un diagnostic sanitaire des bâtiments a nécessité le déménagement de l’ensemble de ces collections en lieu sûr, et une partie des collections documentaires et biographiques de Jean Delacour est alors transférée à la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle. Inscrit sur la liste supplémentaire des Monuments Historiques depuis février 2017, le manoir nécessite des travaux de restauration avant d’accueillir les oeuvres transférées. Un projet muséographique dédié à l’histoire du site et de son fondateur est envisagé afin de mettre en valeur ce mobilier et ces documents destinés à être présentés dans le manoir.
Ce transfert de collections représente un montant total de 300 000€.