Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

RD75 : en route pour Dieppe

Publié : Il y a 14 jours
©Marceau Bellenger

Ce jeudi 15 octobre, Bertrand Bellanger, président du Département, a inauguré le nouveau tronçon de la RD75. Un aménagement routier réalisé après plusieurs éboulements de la falaise.

La côte d’Albâtre offre un paysage singulier avec ses falaises de craies blanches se jetant dans la mer. Cependant, ces dernières, datant de -100 à -65 millions d’années, s’abîment. Même si le Département a mis en place un certain nombre de mesures pour préserver le paysage (notamment à Étretat avec la labellisation Grand Site de France), l’érosion est bien réelle et, comme c’est le cas à Dieppe, cela engendre des conséquences, notamment sur les routes départementales.

En effet, depuis 2016, après deux éboulements successifs, la RD75, axe majeur de circulation reliant Saint-Aubin-sur-Mer à Dieppe était fermée à la circulation. Jeudi 15 octobre le nouveau tracé de la RD75 a été inauguré.

Pourquoi la route a-t-elle été fermée ?

En décembre 2012, un morceau de la falaise où se trouve la RD75, s’éboule, au niveau de Pourville. L’allée de bitume est fragilisée, mais tient toujours. Le Département, propriétaire du réseau routier, commande alors une étude au BRGM, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières. L’objectif consiste à analyser ce sol si particulier de la côte d’Albâtre, afin de connaître son évolution et de savoir à quelle distance du trait de côte la route pourrait être reconstruite.  

En février 2016, un second éboulement vient aggraver la situation et la section de la RD75 qui relie Saint-Aubin-sur-Mer à Dieppe est fermée à la circulation.

Le Département est donc contraint de mettre en place une déviation passant par des voies communales. Or, avec une fréquentation moyenne de 3 300 véhicules par jour, dont 2,5 % de poids lourds, cette solution n’est pas satisfaisante sur le long terme. Les riverains subissent des nuisances sonores et les usagers un allongement de leurs parcours.

Quelles sont les solutions ?

À court terme, des aménagements de sécurité provisoires ont été installés sur les voies communales afin de réduire la vitesse.

En parallèle, une concertation est lancée entre le Département de la Seine-Maritime, la Région Normandie, la Communauté d’agglomération de la région dieppoise (Dieppe Maritime) et la Ville de Dieppe. Elle aboutit à la mise en place d’une déviation éloignée du bord de la falaise afin de rétablir la continuité de l’itinéraire tout en offrant de bonnes conditions d’accès au centre-ville de Dieppe.

Les travaux démarrent alors le 24 juin 2019. Le Département, maître d’ouvrage, procède alors à la déviation de 650 mètres. Celle-ci est construite hors de la ligne de recul des falaises prévisible pour les cent prochaines années, selon les recommandations du BRGM.

Le 10 février dernier, la nouvelle RD75, construite en partie avec des matériaux recyclables, pouvait enfin accueillir les automobilistes. Dans le courant de l’automne, des aménagements paysagers viendront habiller les abords de la route et des clôtures définitives seront posées afin de garantir la sécurité des usagers.

« Pour l’anecdote, explique Thierry Lefrère, chef du service études et travaux sur le secteur de Dieppe, lorsque nous avons entamé la destruction des tribunes de l’ancien stade d’athlétisme qui devait être lui aussi déplacé, nous avons découvert des nids d’hirondelles. Or, l’espèce étant protégée, nous avons dû attendre le mois d’octobre afin que les oisillons sortent des nids. Puis, nous avons reposé 4 nids dans des bâtiments alentours ».

©DR

Que devient l’ancienne RD75 ?

« Avec le recul du trait de côte, les études montrent que l’ancienne route est vouée à s’ébouler dans les années à venir. Afin d’éviter d’y rejeter des matériaux polluants, elle a été remise dans son état naturel et le Département a commandité le démontage de tous les réseaux qui passaient au-dessous :  gaz, électricité, télécom et eau potable », conclut Thierry Lefrère. 

Financement du projet :

Au total, la construction de cette déviation aura coûté la somme de 2,6 millions d’euros, financés par :

  • Le Département à hauteur de 2 325 000 € (incluant la participation financière du SDE 76, le Syndicat Départemental d'Énergie de la Seine-Maritime, dans le cadre de ses compétences en termes d’éclairage public).
  • La Région : 200 000 € pour l’aménagement des parkings
  • La Communauté d’agglomération de la région dieppoise : 75 000 €
  • La Ville de Dieppe pour la mise à disposition des terrains.