Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Des boîtes aux lettres pour libérer la parole des enfants maltraités

Publié : Il y a 23 jours
©Marceau Bellenger

L'association Les Papillons lutte contre toute forme de violence faites aux enfants. Pour aider ces enfants victimes de maltraitance, l'association propose l'installation de boîtes aux lettres spécifiques pour recueillir leur parole et apporter une solution.

En France, tous les ans, 700 000 élèves sont harcelés à l’école. 165 000 enfants sont victimes de violences sexuelles. Menaces, intimidations, agressions physiques ou psychologiques : quelle que soit la forme de violence subie, l’agresseur demande le plus souvent à la victime de se taire. Les conséquences peuvent vite devenir dramatiques.

Afin d’aider les enfants à s’exprimer, l’association Les Papillons installe partout en France des boîtes aux lettres, dans les écoles, les collèges et les infrastructures sportives des villes partenaires. Les enfants sont sensibilisés à l’utilisation et l’utilité de ces boîtes et peuvent ainsi, si le besoin s’en fait ressentir, préparer une lettre qu’ils déposeront en toute discrétion. Plusieurs fois par semaine, des bénévoles relèvent le courrier, prennent en photo les mots déposés et les envoient au siège de l’association. Il est étudié par le président des Papillons, Laurent Boyet, accompagné d’une équipe pluridisciplinaire (psychologues, sophrologues, avocats, éducateurs spécialisés…). Enfin, selon la nature des faits dénoncés, si l’enfant est en situation de danger grave et imminent, l’association saisira la Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes (CRIP) du département. Sinon, ce courrier revient dans les mains du bénévole ayant effectué la relève, celui-ci transmettant le « mot » au responsable du club ou au chef d’établissement. Si besoin, l’association oriente vers l’assistante sociale du secteur, ou une association d’aide aux victimes. Au niveau national, depuis début 2021, 120 courriers ont été traités, 10% d’entre eux ayant nécessité une dénonciation au CRIP.

En Seine-Maritime, la première boîte aux lettres a été déployée le 20 novembre 2020 (journée des droits de l’enfant) au gymnase Mandela de Rouen. Depuis, 13 autres boîtes ont été installées : 7 dans des complexes sportifs rouennais, 1 au CRJS (Centre Régional Jeunesse et Sports) de Petit-Couronne, 1 dans un club de football à Fécamp et 4 dans 2 clubs de judo du Havre. De nouvelles viendront prochainement gonfler le réseau dans des structures sportives de Bihorel et du Mesnil-Esnard (qui verra aussi l’arrivée d’une boîte Papillons dans une structure périscolaire).

Afin de continuer son action sur le reste du département, l’association recherche sur les secteurs de Lillebonne, Yvetot ou encore le Pays de Bray :

  • des référents afin d’aller au-devant des élus municipaux pour présenter le projet
  • des bénévoles pour la relève du courrier
  • des gendarmes, des policiers ou toute personne ayant un métier en rapport avec la protection de l’enfance