Actualités Pour vous +servir Seine-MariTEAM76
Seine-MariTEAM76

Seine-MariTEAM76

La saga des galets : l'art de les lancer

Publié : Il y a 10 mois
©Nicolas Bram
La FICEL, association dieppoise présentée ici même la semaine dernière, lance des cailloux avec style en variant les plaisirs. Plusieurs catégories ont été créées pour que les projectiles atteignent leur cible : l’amusement avant tout !
 
« Il en faut peu pour être heureux. » Ce refrain, connu de tous mais pas toujours suffisamment mis en application dans la vie quotidienne, pourrait être la devise de la Fédération Interstellaire de Cailloux dans l’Eau Lancés. Économe et débrouillarde, la FICEL tient le bon bout et cultive le système D pour que l’activité soit accessible à tous. C’est ce que confirme le président éternel de cette atypique entité, Thierry Duchaussoy alias Ch’Duch, présentant le matériel nécessaire à la démonstration : une vieille chaussure, un gobelet, des cannes à pêche faites maison, une petite cuvette… Dieppe fournit déjà la mer et les galets. « Le littoral n’est cependant pas indispensable. L’activité est déclinable et peut se pratiquer à l’intérieur des terres avec tout caillou et peu de moyens. »
 
Alors que se tenait hier soir l’ultime séance d’initiation ouverte à tous, zoom sur les différentes catégories qui composeront les mémorables 665es championnats du monde sur la plage de Dieppe le samedi 26 août. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? L’explication commence par l’épreuve la plus difficile : le lancer mystique. Le caillou devra être lancé par la seule force de la pensée. Tout est très codifié. Avant de s’installer sur le tapis sacré commun à tous les participants, qui l’occuperont à tour de rôle pour éviter les interférences mentales, Thierry choisit un gros caillou. Plus il y a de surface, plus les ondes pourront être captées. « Il faut entrer en résonance avec le sujet, obtenir son acceptation. » Concentration et mise à disposition de l’esprit ne suffisent pas. « Je n’ai jamais réussi à déplacer un caillou, mais de temps en temps, il y en a un qui me répond. J’ai ainsi eu l’occasion de passer un très bon moment avec la réincarnation minérale de Patrick Topaloff. »


 
Après ce nouvel échec, changement de catégorie avec le plus gros splash qui se passe de tout commentaire. Le caillou contestataire qui a résisté à l’esprit du président finit à l’eau en éclaboussant généreusement.


 
Pour le lancer artistique, les figures s’enchainent et les possibilités sont grandes en fonction de l’inventivité et de la souplesse du lanceur. Passage d’une main à une autre, sur la tête, sous ou sur la jambe, le galet exécute un gracieux ballet. Alors que le Transmanche quitte le port pour Newhaven, les anglicismes sont légion : twist, contre-twist, backflip et bridge backflip émerveillent le novice.


 
Et si tout cela n’était que du vent ? L’invisible est roi avec le air caillou où chacun s’amuse à faire semblant.
 
Un caillou dans la chaussure est toujours gênant… Mais quand la formule désigne une catégorie créée par la FICEL, c’est tout de suite plus marrant. Que l’on pointe ou que l’on tire, il faut que le projectile se loge dans le soulier.


 
Le caillou peut aussi atterrir dans un verre d’eau. Préférez un gobelet réutilisable en plastique car le verre en tant que matière ne tiendra sûrement pas le choc. Un petit peu d’eau dans le fond pour que le contenant tienne en place, et c’est parti pour un nouveau tour d’adresse !
 
Pour la pêche aux cailloux, des souvenirs de pêche aux canards remontent à la surface. Les proies sont immergées dans la bassine, à vous de leur faire retrouver l’air libre.


 
Finissons ce tour d’horizon en beauté avec le caillou décoré. De la peinture et des feutres bien entendu respectueux de l’environnement illuminent l’heureux galet choisi par l’artiste. Ce dernier crée sur place une œuvre unique.
 
« Attention : le ricochet sera rigoureusement interdit ! C’est une insulte pour le caillou que l’on surexploite en lui demandant toujours plus de rebonds. En dehors de ça, libre à chacun de profiter de l’instant présent. Ça ne sert à rien, ça n’a pas vraiment de sens, il n’y a rien à gagner si ce n’est se faire plaisir », conclut le sage Thierry. Joignant le futile à l’agréable, quelques bouts de FICEL réalisent des petits miracles qui font du bien à l’âme.
 
Entraînez-vous pour les championnats du monde et suivez le fil d’actualités de la FICEL sur Facebook.