Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Le saviez-vous ? Le Département a volé au secours d'un œuf à Saint-Étienne-du-Rouvray

Publié : Il y a 1 mois

« L’oeuf contraint » installé au collège Paul Éluard de Saint-Étienne-du-Rouvray a été récemment restauré par les services du Département.

Les sujets de ce week-end qui se prolonge en ce lundi férié sont de nature chocolatée et revêtent diverses formes traditionnelles : cloches, poissons, lapins, poules et œufs. Ce dernier terme nous intéresse aujourd’hui tout particulièrement. Ingrédient à la base de nombreuses préparations culinaires, l’œuf est symbole de vie et de renaissance. C’est en ce sens qu’il est également source d’inspiration pour divers artistes. Il est notamment au cœur de l’œuvre de Rodolfo Krasnopolsky, dit Krasno. Né en 1926 et décédé en 1982, ce peintre, sculpteur et graveur français d'origine argentine est reconnu pour son travail sur le papier, sur le blanc, et ses sculptures d’œufs géants.

L’une de ses productions ovoïdes siège fièrement au collège Paul Éluard de Saint-Étienne-du-Rouvray. Celle-ci a été façonnée en 1977 dans le cadre du « 1% artistique », dispositif visant à imposer la commande d’une œuvre contemporaine lors de la construction d’un bâtiment public. L’enjeu est double : il s’agit de soutenir la création artistique et de sensibiliser à l’art un public très large.

Beaucoup d’habitants du secteur et d’automobilistes passant aux abords de l’établissement connaissent cet œuf monumental. Nombreux sont ceux qui ont été surpris de le voir à terre en janvier. Fragilisé par le temps, celui-ci est tombé mais sa coquille en matériau composite a parfaitement absorbé le choc sur la pelouse. La direction de Paul Éluard a alors contacté le Département, collectivité prenant en charge la construction, la réhabilitation et le fonctionnement des collèges.

« L’œuf contraint » a ainsi bénéficié d’une restauration pour retrouver tout son éclat. Une nouvelle dalle a été coulée pour l’accueillir dignement. Soulevé délicatement dans les airs, il s'y est installé confortablement et n'est pas prêt de quitter ce nid douillet. Il a désormais repris une posture bien plus digne, non loin d’un arbre de la laïcité planté quelques mois plus tôt.