Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Tocsins et sirènes, une exposition sur la protection et le secours aux populations

Publié : Il y a 23 jours
©DR

Du 12 octobre au 8 janvier 2021, les Archives départementales reviennent sur plusieurs siècles de gestion des risques en Seine-Maritime. Cette exposition, ouverte à tous et gratuite, permettra aux visiteurs d’apprécier de nombreux documents d’époques, des visites guidées et un cycle de conférences.

N’en déplaise à Ulysse, il ne faut pas toujours se méfier du chant des sirènes. Car certaines d’entre elles sauvent des vies. Celle des pompiers vient de suite à l’esprit mais il y en a tant d’autres qui résonnent depuis longtemps pour prévenir les catastrophes.

L’exposition “Tocsins et sirènes” présentée à partir du 12 octobre à la Tour des Archives départementales, à Rouen, se penche sur l’histoire de la protection des populations, en cas de sinistres ou autres désastres soudains. Avec son climat et son littoral, le territoire de la Seine-Maritime présente certains risques pour ses habitants. Les cas d’inondations, d’incendies ou d’effondrements de falaises arrivent fréquemment et posent à chaque fois des questions brûlantes : comment les secours et les pouvoirs publics peuvent-ils prévenir les dangers et agir encore plus efficacement ? Comment protéger et secourir au mieux la population ?

En revenant sur plusieurs évènements marquants, cette exposition montre l’évolution des moyens entrepris pour gérer les catastrophes. Et c’est à travers des documents d’archives, des photographies et de la presse d’époque que les Archives départementales illustrent l’impact qu’ont pu susciter de dramatiques évènements sur la population. Les visiteurs pourront ainsi revivre les heures sombres des terribles crues de la Seine en 1955. Ils voyageront plus loin encore dans le temps avec l’incendie de l’usine d’hydrocarbure Lille et Bonnières à Petit-Quevilly en 1909 qui coûta la vie à 4 sapeurs-pompiers rouennais. La structure, spécialisée dans la vaseline, abritait des stocks de produits chimiques. Et la coïncidence liée à cette catastrophe, survenue 110 ans exactement avant celle de Lubrizol, paraît troublante aujourd’hui.

Bien évidemment, l’exposition ne pouvait faire l’impasse sur la fameuse tempête qui balaya Montville en 1845. Véritable tornade, la violence inouïe de ses bourrasques laissa derrière elle 75 morts, des usines entières déchiquetées et d’innombrables scènes de désolation. De nos jours encore, la “Trombe de Montville” est connue comme étant la tempête la plus meurtrière jamais enregistrée en France. Et avec des rafales à plus de 300 km/h, elle est l’une des 2 seules tornades d’intensité 5 sur l’échelle de Fujita – qui classe la force des tempêtes selon les dégâts causés – jamais recensées en France.

 

En complément de l’exposition, 3 conférences auront lieu à l’auditorium du Pôle culturel Grammont, situé à Rouen.

Le 15 octobre autour de “la prévention des risques et l’information des populations”.

Le 5 novembre à propos de l’incendie à Petit-Quevilly en 1909.

Le 3 décembre au sujet des “évolutions techniques et méthodes d’interventions des sapeurs-pompiers face aux risques”.

Toutes les informations pratiques sont disponibles en suivant ce lien.