Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
COVID-19 : point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Mon Panier 76 : Les Jardins de Simone

Publié : Il y a 1 mois

Chaque samedi, zoom sur l'une des exploitations de la Seine-Maritime présente sur le site Mon Panier 76, une plateforme élaborée par le Département qui permet d’identifier et de localiser producteurs et points de vente de produits locaux. Cette semaine, c’est une ferme maraîchère à Saint-Pierre-de-Varengeville qui est à l’honneur.

Si l’exploitation des Jardins de Simone est encore jeune, elle confirme néanmoins que la valeur n’attend pas le nombre des années. L’explication est d’abord à chercher dans les propos et l’enthousiasme de Nathalie Akein, qui est à la tête de la ferme maraîchère. « J’ai démarré il y a un an après une reconversion. Je venais d’un milieu très différent : la métallurgie. Et la question agricole m’intéressait beaucoup, c’était un violon d’Ingres ». Mais le passage de la théorie à la pratique est délicat, le projet est plus lourd que prévu pour Nathalie qui doit agir vite. « Il a fallu que je me décide rapidement pour ne pas rater un cycle cultural. En mars, c’était un peu tard. Mais cela fait partie de l’apprentissage. Quand on part de rien, il n’y a que des premières fois. Après on se rode et on avance ».

Toutefois, si les nuages de Normandie sont souvent pourvoyeurs d’intempéries, Nathalie Akein, elle, n’est pas née de la dernière pluie. Chef d’entreprise dans sa précédente vie professionnelle, elle s‘ajuste sans trop de heurts à la dynamique que sa nouvelle fonction exige. Son expérience passée lui permet de ne pas tomber dans certains pièges. Et une priorité émerge au cœur de sa stratégie : savoir bien s’entourer. « L’équipe est très polyvalente. Il y a des compétences transversales : une personne douée en informatique, une autre qui a un vrai savoir-faire en bio, une troisième qui s’y connaît bien en matière de bâtiment ». Mais ce n’est pas tout, il faut savoir également se rendre aux bonnes adresses et glaner des conseils auprès des personnes les plus qualifiées du secteur. « Je n’étais pas du milieu alors il fallait prendre le temps de multiplier les contacts tous azimuts. À la Chambre d’agriculture par exemple, où j’ai pu recueillir des informations très utiles. J’ai participé aussi à des rencontres avec des chefs de collèges. Et je visite également d’autres fermes ».

Ainsi, forte de précieux éclairages sur les spécificités d’une gestion d’exploitation, Nathalie se lance pour de bon dans le maraîchage.  Ses cultures occupent une modeste surface de 7 hectares. Mais cette petite étendue ne contrecarre pas son objectif, « qui est d’élaborer une production très diversifiée.  L’année prochaine, nous aurons une centaine de variétés différentes, avec des produits hors du commun ». En proposant des fruits et des légumes peu coutumiers des champs et des arbres de Seine-Maritime, la ferme des Jardins de Simone s’adresse non seulement aux particuliers mais aussi aux restaurants gastronomiques, dont les chefs sont souvent friands de saveurs exotiques pour agrémenter et orner leurs créations. « L’idée c’est que l’assiette doit être belle, bonne et colorée, comme notre parcelle qui est un vrai arc-en-ciel. On peut trouver chez nous de la fleur de brocoli, des choux de Bruxelles violets ou de la courge melonnette de Vendée, par exemple. Et cet été on a fait du melon et des patates douces, ce qui ne se trouve pas facilement dans les environs ». Si l’on ajoute à cela des fleurs comestibles telles que les capucines, les pétales de roses ou le dahlia et d’autres aliments inaccoutumés comme les poivrons violets, les blettes à carde rouge ou le pourpier, il ne fait aucun doute que tous les amateurs de recette originales seront ravis du choix offert par l’exploitation.

Aujourd’hui, le contexte sanitaire a bouleversé les plans de Nathalie Akein qui a dû s’adapter à la situation tout en préparant l’avenir. « Même si une de nos idées principales est de privilégier le circuit court, nous faisons de la vente à la ferme, ce qui n’était pas prévu au départ. De plus, nous rentrons actuellement en seconde année de transition bio. Je continue à découvrir le domaine, avec la satisfaction d’avoir créé pour la première fois une entreprise ». Cette aventure que Nathalie vit et apprécie puise peut-être ses origines dans son enfance, «  voir pousser un légume ramène à tout ce qui est terrien. Ça me rappelle mon grand-père, le papa de ma mère à qui est dédiée cette ferme portant son prénom. Il avait un potager et je l’accompagnais toujours pour l’arrosage ». Ces moments précieux semaient-ils ainsi les germes de la passion maraîchère  à venir ? Une chose est sûre : déjà à l’époque, Nathalie était bien entourée.

Les Jardins de Simone sur le site Mon Panier 76 

En bonus, une recette en vidéo : un velouté de butternut, choux kale et chorizo !