Actualités Pour vous +servir Plan hiver : faire face aux intempéries
RECHERCHER


Préambule Citoyenneté Lutte contre les discriminations Education à la citoyenneté Education aux médias Devoir de mémoire Coopération et solidarité internationale Environnement Développement durable Sciences de la vie et de la terre Biodiversité Culture Architecture Arts du cirque - Magie Arts plastiques - Arts visuels Culture scientifique Danse Littérature Musique Patrimoine Théâtre Découverte des métiers Découverte des métiers Immersion linguistique Immersion linguistique Lieux de diffusion - Festivals Lieux de diffusion - Festivals Autres dispositifs Autres dispositifs Et aussi LISTING DES PARCOURS Mode d'emploi AJOUTER UN PARCOURS

Guide du CRED76

Écrire / raconter la photo de presse

Littérature

tous
Labo des histoires Normandie (Le)
NOUVEAU
2520.00
12 h
© Labo des histoires Normandie (Le)

Description

Aujourd’hui, 80 % à 90% des victimes dans les conflits dans le monde sont des civils - source UN : https://www.un.org/press/fr/2019/cs13822.doc.htm.

Lors de la Première Guerre mondiale, 9 tués sur 10 étaient des combattants, 1 sur 10 était un civil. Un siècle plus tard, la proportion s'est inversée.
À l’occasion du Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre 2022, et afin d’associer une partie des jeunes seino-marins à cet événement, le Labo des histoires a choisi de proposer un parcours d’écriture créative au dispositif CRED76 sur la thématique « Les conséquences des guerres sur les populations civiles », en partenariat avec le Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre (PBCN). Une tendance mondiale et contemporaine.

De nombreux conflits armés sont en cours dans le monde. Quelles que soient leur nature ou leur intensité, ces conflits entraînent partout des violences. De l’Ukraine à la Syrie, du Yémen à l’Irak, en passant par Gaza, les civils sont les premières victimes des combats. Ils devraient pourtant en être protégés comme l’exige le droit international humanitaire.

Lors des bombardements, les infrastructures civiles sont aussi touchées : les hôpitaux ou les bâtiments publics sont souvent ciblés et détruits, plongeant durablement des populations entières dans le chaos.
Le contexte des conflits favorise également d’autres formes de violences : recours à la détention arbitraire ou aux disparitions forcées, généralisation de la torture. Les femmes sont victimes de viols ou d’autres formes de violences sexuelles et des enfants sont enrôlés de force dans les combats. Les conflits contraignent aussi les civils à fuir les violences pour chercher asile et protection, bien souvent en traversant les frontières de leurs pays et avec des perspectives de retour souvent réduites.

D’après le dernier rapport du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, rendu public en juin 2021, 82,4 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur ou à l’extérieur de leur pays. Ce chiffre n’avait jamais été atteint auparavant. Il sera sans doute bien supérieur cette année avec le conflit ukrainien.

La photo de presse, point de départ d’un parcours d’écriture sur la condition des populations civiles victimes de guerre. À partir d’une sélection de reportages photos proposée par l’équipe du Prix Bayeux, il s’agit, dans le dispositif proposé, de faire réfléchir et faire écrire les élèves sur ce sujet et de les placer en posture de porte-paroles de toutes les victimes de conflits.

Partir de ses émotions, de ce que l’on ressent en voyant la/les photographies en tant que représentation de la réalité et création artistique ; réfléchir à partir du témoignage du journaliste reporter... L’idée est de partir des connaissances des élèves en lecture d’image, souvent utilisées pour le cinéma, la peinture ou la photographie d’art, pour les faire arriver à prendre conscience que l’image a, au-delà de la visée artistique, une visée informative.rnrnCette action vise plusieurs objectifs : Encourager la pratique de l’écriture créativern

Expérimenter l'acte de création et d’écriture, ouvrir son imaginaire et en être fierrn Sensibiliser les jeunes à la création.
Partager une expérience individuelle et collectivern Favoriser une pratique de l'écriture qui diffère des pratiques scolaires. Sensibiliser des élèves à l’actualité géopolitique et participer à aiguiser leur regard sur les populations victimes de guerrern Sensibiliser les jeunes à la liberté d’expression pour témoigner du réel. Ce travail prendra sur : Des interventions d’écrivains et/ou de journalistes.

Une journée de formation et d’information des enseignants et des intervenants le mardi 15 novembre 2022 matin (inscrite au PAF). Une sélection de reportages photos proposée par le Prix Bayeux, à partir desquels les jeunes pourront écrire. Deux reportages par classe seront proposés aux enseignants qui devront sélectionner l’un d’entre eux. Un dossier d’accompagnement. Réaliser un recueil collectif de textes : Pour un jeune, participer à ces ateliers d’écriture créative, c’est avoir l’occasion d’écrire haut et fort ses engagements, ses convictions, ses rêves, ses émotions ; mais aussi d’avoir un lien privilégié avec un auteur, un journaliste, un professionnel de l’écriture, et d’être guidé par ses conseils pour faire porter ses mots, sa voix.

À partir de cette thématique, plusieurs modes d’écriture et plusieurs démarches peuvent être mis en œuvre concrètement dans les ateliers d’écriture avec les jeunes : poèmes, lettres, articles… Les enseignants et leurs élèves seront accompagnés dans cette démarche par un auteur ou un journaliste encadrant les ateliers d’écriture durant toute la durée du projet. L’ensemble des productions des classes donnera lieu à l’édition d’un recueil collectif des productions des élèves.

Le parcours se compose comme suit :

Temps de découverte :
1 séance de 2 présentation du projet et de l'intervenant ainsi que des reportages photos sélectionnés.
Discussion et réflexions/échanges autour de la thématique.

Temps de pratique : 4 séances de 2h d'ateliers d’écriture créative.
Les productions écrites peuvent être courtes et se matérialiser à travers la création de supports tels que des cartes postales (portfolio), affiches, livres cocottes, livres accordéons, cubes poétiques… ou plus longues (poèmes, nouvelles, articles, scénarii, lettres et rntémoignages…) etc.

Temps de synthèse : 1 séance de 2 heures
Mise en commun des productions, mise en voix. Remise du recueil (livre cocotte, carnet de bord, de rnvoyages, livre accordéon… selon la forme d’écriture abordée). Valorisation sur le site du labo des rnhistoires : www.labodeshistoires.com et sur le site du collège. 

INTERVENANT(S)
Le Labo des histoires collabore tout au long de l’année avec de nombreux professionnels de l’écriture sur le territoire. En fonction de la situation géographique des classes sélectionnées, l’association propose l’intervenant le plus adapté. Il peut s’agir d’un auteur, scénariste, poète, lameur, journaliste, animateur en atelier d’écriture, parolier…

INTERVENTIONS
Durée totale : 12 heures soit 6 séances de 2h par classe

COÛT GLOBAL DU PARCOURS
2 520 € pour 6 séances de 2h
Ces frais couvrent la rémunération des auteurs, leurs déplacements et la réalisation du recueil des productions.

NOMBRE DE PARCOURS / AN
Autant que de demandes

Nombre d'élèves : 30
Lieu(x) de sortie(s) : Suggestion : visite du Prix Bayeux à Caen en octobre Equipement(s) nécessaire(s) : si possible une salle hors de la classe afin de privilégier d’autres postures d’écriture que celle d’être assis sur une chaise et d’écrire sur un bureau. Convivialité, confort, chaleur sont appréciés. Petit matériel : papier et crayon.

Photos

Contact

Elsa ESCAFFRE / 06 17 67 64 71
elsa.escaffre@labodeshistoires.com - https://www.labodeshistoires.com

Adresse :
Bibliothèque Armand Salacrou
17 rue Jules Lecesne
76600  Le Havre

Mise à jour : Il y a 1 mois Modifier la fiche