Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilCulture et patrimoineValorisation du patrimoineLa Commission Départementale des Antiquités

La Commission Départementale des Antiquités

Publié : Il y a 21 jours

Témoin de la politique patrimoniale menée par le Département depuis le début du XIXe siècle, la Commission Départementale des Antiquités a su se renouveler pour durer.
 

Dans un contexte patrimonial naissant, où le goût pour l’archéologie et son étude s’étoffe, le Comte de Kergariou, alors préfet de Seine-Inférieure et passionné éclairé de vieilles pierres, crée en 1818 la Commission Départementale des Antiquités. Le Baron de Vanssay poursuit, dès 1821, l’ouvrage de son prédécesseur, réorganise et structure la commission.

Elle a pour objectif de rechercher, décrire et aider à la conservation des bâtiments et des objets d’art dont elle a connaissance et qu’on appelle au XIXe siècle des « Antiquités ».

A cette époque sont lancées les fouilles du théâtre gallo-romain de Lillebonne, acquis par le Département. La Commission, en particulier, est à l’origine de la création du musée départemental des Antiquités en 1831 destiné, dans un premier temps, à conserver les objets provenant des fouilles de ce site antique.

La Commission permet alors d’attirer l’attention des autorités sur ce qui mérite d’être entretenu et préservé de la destruction. Elle réalise et participe à des travaux importants contribuant à sa réputation, en protégeant de la destruction de nombreux monuments qui, aujourd’hui, font les beaux jours des amoureux du patrimoine, et parmi lesquels on compte la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Georges de Boscherville, l’église de Yainville, etc.
 

Salle capitulaire de Saint-Georges-de-Boscherville @ Département de Seine-Maritime

Aujourd’hui la Commission Départementale des Antiquités a perdu son pouvoir d’action à la faveur du développement d’une politique patrimoniale structurée à toutes les échelles décisionnelles. Elle garde néanmoins la possibilité de mettre en lumière des éléments patrimoniaux qui méritent une protection. Elle suggère aux communes des solutions de protection de leurs biens patrimoniaux, civils ou religieux.

Depuis 1954 et sur l’initiative de Georges Lanfry, des séances itinérantes viennent compléter les séances en salle. Si les secondes permettent d’aborder des sujets de recherches historiques, archéologiques voire ethnologiques, les premières offrent une approche plus palpable du patrimoine : les membres de la commission parcourent le département, visitent des sites patrimoniaux d’intérêt national ou local, rencontrent les propriétaires (publics ou privés) et apportent leur conseils pour une meilleure protection. Depuis ces cinquante dernières années, ce sont plus de 1100 édifices qui ont été visités… Un tel chiffre permet de prendre conscience de l’importance du patrimoine seino-marin…

Chaque séance est retranscrite dans un bulletin depuis le début de sa création, accessible aux Archives Départementales de Seine-Maritime. Cette collection représente une source importante pour l’histoire des édifices visités, l’histoire de leur conservation mais aussi pour l’histoire de la politique patrimoniale du Département.

Séance itinérante du 05 juin 2009, chapelle Saint-Michel d’Ingouville, Le Havre @ Département de Seine-Maritime

À cette collection de bulletins s'ajoutent des fonds d'archives propres à la CDA auxquels se greffent les fonds personnels de membres, personnalités célèbres en leur temps, notamment pour leurs actions de sauvegarde du patrimoine. Ces sources documentaires et iconographiques sont accessibles aux Archives départementales de la Seine-Maritime.
 
À l'occasion du bicentenaire de la Commission (1818-2018), un ouvrage est édité par le Département de la Seine-Maritime, conçu comme un témoignage rétrospectif de ses actions les plus déterminantes.


La Commission départementale des Antiquités 1818-2018, deux siècles de défense et d’études du patrimoine. Ouvrage collectif, publié par le Département de la Seine-Maritime.