Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilCulture et patrimoineValorisation du patrimoineParcours Impressionnistes''Le Havre, itinéraire autour de la lumière de l'estuaire''

''Le Havre, itinéraire autour de la lumière de l'estuaire''

Publié : Il y a 5 ans

Inaugurée en 1847, la ligne ferroviaire Paris-Le Havre ouvre la voie à la conquête du littoral par les artistes.


La plage à Sainte-Adresse, temps gris, Claude Monet, 1867. Sainte-Adresse étape n˚1.
Quelques pêcheurs, des barques posées sur le rivage et plus loin un couple de bourgeois qui goûte à la nouvelle mode des bains de mer. En 1867, Claude Monet profite de séjours réguliers à Sainte-Adresse pour peindre cette scène de plage. La touche de l'artiste est encore sage, imprégnée de gris et de bruns auxquels il renoncera définitivement quelques années plus tard. Le ciel et ses nombreux nuages occupent une large place qui n'est pas sans rappeler ceux de Boudin.



Entrée des jetées du Havre par gros temps, Eugène Boudin, 1895. Le Havre étape n˚2. La mer est déchaînée et pousse vers le rivage ses lourdes vagues chargées d'écume. Au loin, le phare contraste avec la jetée recouverte par les flots et comme en écho à ce tumulte, le ciel est assombri par les nuages. Loin de ses habituelles scènes de plage, Eugène Boudin révèle, à 71 ans sa pleine maîtrise et son don unique à peindre les ciels, l'aventure de toute une vie.

L'avant-port du Havre : l'Anse des pilotes, Camille Pissarro, 1903. Le Havre étape n˚4. Les usines au loin dont les fumées s'en vont épaissir les nuages, le jeu des voiles qui se colorent, l'enchevêtrement de pylônes, de mâts, de grues autour desquels la foule s'attarde. À la veille de sa mort, Pissarro réalise un instantané avec une palette ciselée de gris. Peintre de la diversité, il s'est naturellement intéressé aux villes portuaires de Rouen, Dieppe et ici, Le Havre.


Crépuscule sur le Bassin du Commerce, Eugène Boudin, 1892-1894. Le Havre étape n˚5. Sur le Bassin du Commerce, Eugène Boudin s'attache à rendre les moindres éclats d'un soleil couchant et finit par confondre le ciel et l'eau dans un même élément. L'oeuvre, avec une palette plus riche et plus fine, n'est pas sans rappeler celle de Monet Impression soleil levant. Autodidacte et loin des écoles et des modes, Eugène Boudin a été le précurseur de l'Impressionnisme et a très vite compris ce que la lumière apportait de vivant au paysage.


Impression, soleil levant, Claude Monet
Un matin d'hiver 1872, Claude Monet s'installe devant l'avant-port du Havre et peint Impression soleil levant.
En 1874, lorsqu'il l'expose avec les oeuvres d'une trentaine d'artistes chez le photographe Nadar, il n'imagine certainement pas le destin de sa toile.C'est tout simplement elle qui donnera son nom à ce nouveau mouvement de peinture en rupture avec l'académisme ambiant. Car par esprit de raillerie, la critique alimentée notamment par Louis Leroy de la revue Charivari en profite pour inventer un curieux néologisme qui fera date : l'Impressionnisme.
Au-delà de l'anecdote, cette toile représente l'ancien avant-port du Havre. Brossé à grands traits au pinceau, le paysage industriel formé de grues, de bateaux à quai, de gerbes de vapeur s'étire dans l'air matinal.
Dans une même unité de tons, l'eau et le ciel viennent alors se confondre. Seule une diagonale de petits bateaux posés à contrejour apporte la touche finale.

Positionnement des tables impressionistes.