Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilLoisirs, TourismeDécouvrir la Seine-MaritimePortraitsCéka, scénariste de bandes dessinées

Céka, scénariste de bandes dessinées

Retour
Publié : Il y a 2 ans

Sur son site, Céka avoue, avec beaucoup d’humilité, qu’entre lui et la bande-dessinée, rien n’était gagné d’avance, comme avec les femmes… Et pourtant, Erick Lasnel (en VO), scénariste, a fini par s’imposer. Il suffit de cliquer dans la rubrique “Édition” de son site Internet pour s’en rendre compte. Le curseur n’en finit plus de faire défiler les éditeurs, les titres, les collaborations. Et avec les femmes alors ?... Marié, comme avec la BD !

Céka n’a pas le “look de l’emploi”. De ses années de publicitaire parisien il a gardé le style : petites lunettes noires, veste bleu marine ajustée sur une chemise à carreaux assortie. Son allure ne permet pas de deviner ce qu’il laisse apparaître au fur et à mesure qu’il se dévoile : un artiste, avec tout ce que cela implique. Et ce grand brun, au regard aussi sombre que sa voix est douce a fini par assumer ses contradictions. Et là aussi, ce n’était pas gagné d’avance.

Car être originaire de Neufchâtel-en-Bray, ce n’est pas comme être né à Angoulême : intégrer l’univers de la bande-dessinée ne coule pas de source. Mais la passion raccourcit les distances en vous faisant pousser des ailes. Alors après un bac “B” et un DUT Communication, Céka est reçu au concours d’entrée de l’école des Beaux-Arts d’Angoulême. Un exploit. Mais la pression familiale le stoppe en plein vol : dessiner ce n’est pas un métier… Alors pour entrer dans le moule des gens sérieux, Céka fera de la publicité. Un an, deux ans… quinze ans. Ç’en est trop. Les lumières de Paris ne lui font pas passer l’envie d’aller revoir sa Normandie. Avec son épouse il s’installe à Rouen et assume sa préférence pour la BD. « J’ai toujours préféré les virages aux lignes droites », et celui-ci est à 90°, de quoi vous donner des sueurs froides. Prudent, gardant une main sur la pub pour asseoir sa situation financière, Céka se lance. Sa première bulle est éditée chez Petit à Petit en 2001. Un recueil de poèmes de Baudelaire qu’il coécrit. Depuis les bulles n’en finissent plus de s’envoler et il enchaîne les scénarios avec d’autres éditeurs comme Akileos qui se lançait à l’époque et avec qui il a sorti Billy Wild en 2006, un western fantastique croqué en noir et blanc par Guillaume Griffon. Un gros succès en France et à l’étranger tout comme Michael Jackson en bandes dessinées édité chez Petit à Petit qui a été vendu jusqu’en Corée du Sud.

Si Céka travaille surtout chez lui, il aime aussi s'improviser un bureau dans un café. Parfois source d'inspiration, c'est loin d'être la seule. « J'ai constamment l'oreille branchée sur l'actualité ». Curieux et éclectique, comme il aime se définir, c'est lors d'une visite au Muséum d'Histoire Naturelle de Rouen qu'il repère un article sur Félix Pouchet et la théorie de l'hétérogénie. Quelques mois plus tard il écrit Pasteur et la Génération spontanée pour Cosinus, un magazine de sciences à destination des collégiens et qui sera édité sous forme d’album. Littérature, western, pop, histoire, tout l’intéresse. Et à chaque fois c’est un nouvel univers qu’il explore pour en extraire son essentiel à lui « La bande dessinée peut aborder tous les sujets, il n’y a pas de barrière ».

Mais s’il aime fouiner un peu partout, son domaine de prédilection, son dada c’est l’histoire de l’Art. Abonné comme 300 000 autres personnes à Artips, la newsletter qui diffuse “une dose d'art au quotidien”, il lui vient une idée. Pourquoi ne pas croquer les anecdotes en bande dessinée ? Il leur propose son projet qui suscite l’enthousiasme… et voilà une nouvelle aventure qui commence pour lui. Et qui ne s’arrête pas là. Son copain de toujours, Olivier Petit, créateur des Editions Petit à Petit, fera de ces anecdotes un album Artips, histoire(s) de l’Art en BD, illustré par un panel de dessinateurs talentueux aux styles très différents. Car comme pour tous les passionnés, la frontière est mince entre le professionnel et le personnel. La famille de la BD c’est un peu sa famille à lui. Avec ses copains du 9e art, ils se retrouvent chaque 1er vendredi du mois pour  une petite bouffe. De ces rendez-vous informels naissent parfois des projets professionnels « Il y a des idées qui émergent, on se donne des tuyaux, on se soutient. Il existe ici un vivier d'auteurs qui constitue une véritable richesse et un atout pour la Normandie ».

Sa bédéphilie, Céka aime aussi la partager. Chaque samedi, durant 3 heures, à l’atelier Terre et feu, il enseigne l’art de faire des belles bulles à un public éclectique « il suffit d’aimer dessiner, d’avoir une petite base et n’importe qui peut créer sa propre bande dessinée ». Céka n’est pas avare de conseils. Son parcours, son expérience et sa générosité en font un coach idéal. Et pour ceux qui veulent aller plus loin, qui souhaitent percer : « Il faut être tenace, aller vers les autres, rencontrer des gens et montrer son travail. »

Et son travail il en sera question sur le festival du livre de jeunesse qui se déroule du 2 au 4 décembre à la Halle aux Toiles de Rouen. Maintenant que vous le connaissez un peu, venez donc le rencontrer sur le stand des éditions Petit à Petit. Céka y dédicacera son dernier album collectif samedi après-midi et dimanche toute la journée.

 

Plus d’infos :
www.ceka.fr

www.festival-livre-rouen.fr

www.petitapetit.fr