Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilLoisirs, TourismeDécouvrir la Seine-MaritimePortraitsCie les Nez-bulleuses

Cie les Nez-bulleuses

Retour

Cie les Nez-bulleuses

Pour la troupe des Nez-Bulleuses, clown au féminin s'écrit clowne. Autour d'Evelyne Fleury, trois esprits facétieux, drôlement fagotés et prêts à tout pour démontrer que le rire est aussi le propre… de la femme.Elle reconnaît avoir plutôt une bonne nature, un gène qui lui viendrait de son père, paysan à Raffetot, doué d'un humour très british. D'un tempérament résolument pétillant qui éclate ça et là en un grand rire sonore, Évelyne Fleury était-elle vraiment faite pour être clown ? Ce qui est sûr, c'est que sa rencontre avec cet art tient de la révélation. « J‘y suis venu par le théâtre », raconte-t-elle, avouant avoir ensuite un peu brûlé les étapes, de stages en stages, elle “monte” jusqu'à Paris suivre la formation Bataclown « le temple du clown ». Depuis, elle trimballe toujours son nez quelque part dans son sac, sans véritable raison, elle parle de « son clown » comme d'un petit génie : « qui fait partie de sa vie ». En 1997, Évelyne Fleury participe à la création de l'association “Théâtre et Clown in Caux” dont l'ambition est de promouvoir l'art du clown de théâtre à travers des stages et ateliers.

Les Nez-Bulleuses
Puis elle forme autour d'elle un petit groupe qui souhaite s'orienter vers le spectacle et donne naissance en 2000 à la troupe amateur des Nez-Bulleuses ; un nom bien choisi pour qui aime humer le monde et donner un peu de légèreté à l'existence. Elles sont aujourd'hui quatre femmes passionnées : autour d'Évelyne, éducatrice spécialisée dans la vie, il y a Anne-Valérie et Claire, toutes deux intermittentes du spectacle à Dieppe et Christine, professeur de musique au Havre. On ne les connaît que par leur prénom mais plus encore par leur nom de scène : Miss Mâche, Coquillette et Tortilla ou Décibelle, autant de clins d'oeil renvoyant à chaque personnalité. « Le clown, il faut aller le chercher au fond de soi, c'est ce qui est difficile », prévient Évelyne Fleury. Savoir tout lâcher pour jouer avec ce que l'on ressent, être clown bien plus que faire le clown et pour finir « faire naître ce personnage naïf et sensible qui sommeille en chacun de soi ».

Gymnastique
Le jeu d'acteur est fondé sur l'improvisation, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de travail en amont. « C'est vrai, on ne répète pas, mais on s'entraîne ! », corrige Évelyne Fleury. Comme une gymnastique de mots qui stimule l'humour, muscle le sens de la répartie, assouplit la pensée pour la rendre perméable au discours de l'autre jusqu'à atteindre la complicité mutuelle.
Deux fois par mois, les Nez-Bulleuses se retrouvent dans une ancienne salle de classe de Raffetot pour donner un peu plus corps à leurs personnages. En attendant le jour J, ce spectacle qui ne ressemblera jamais aux autres parce que le public est le 5e acteur de cette farce. Faire rire, amuser à tout prix, poser un regard tendre sur nos contemporains quitte à glisser entre deux un soupçon de dérision. Ainsi marchent les Nez-Bulleuses qui ont trouvé un titre pour résumer leurs spectacles : On peut plaire… presque à tout le monde ! Autant dire qu'elles ne sont pas loin de faire l'unanimité…