Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilLoisirs, TourismeDécouvrir la Seine-MaritimePortraitsDoralie Besnard

Doralie Besnard

Retour
Publié : Il y a 4 ans

« Do you think I’m creative ? » Of course ! Blanc sur noir, le slogan claque sur le tee-shirt de Doralie Besnard. Très graphique. Premier contact et la conversation s’engage fissa. On voudrait en savoir plus sur son histoire, son intérêt pour les arts… Mais elle est déjà sur Mumber, la préoccupation du moment et projet pour lequel elle a été primée dans le cadre du concours Créa'ctifs 2013, organisé par La CREA. Il faut dire que le nouveau réseau social, lancé en janvier a embrasé la planète créative rouennaise et pas seulement, « jusqu’à Salt Lake City ! » sourit-elle, incrédule. Le concept est né il y a 6 ans. Doralie Besnard travaille alors pour l’Opéra et voit défiler les artistes « une somme de talents » trop méconnus. Elle veut ouvrir, faire savoir, créer des connexions et là rien de tel que la toile.


VIRTURÉEL. Sur Mumber — pour Number et Member — chaque membre est identifié par un numéro. Difficile d’y échapper aujourd’hui… « Mais au moins ici, on choisit le sien ! » argue Doralie Besnard, alias numéro 111. Ensuite, et c’est son originalité, le réseau fonctionne sur un mode virtu-réel, encore un néologisme ! Se reconnaître sur la toile mais aussi dans la rue. Avec cette fois le sac et le T-shirt, proposés dès l’inscription, accessoires indispensables du Mumber citizen.


RENAISSANCE. Ce concept sympathique va vite séduire : après un premier essai avorté, Mumber est repéré en 2012 par l’incubateur normand Seinari et accède au rang de start-up : la consécration. Un business plan est établi. Cette fois, les objectifs sont clairs : faire de Mumber une entreprise qui génère des bénéfices sans renoncer à l’ambition initiale « hyperaltruiste ». Deux objectifs qui n’ont rien d’incompatibles pour Doralie Besnard, à l’aise dans cette génération de la nouvelle économie. Dès lors, les membres doivent trouver dans la communauté des avantages palpables : boosts de carrière, entraide, e-boutique… Développer Mumber est devenu son challenge personnel, quitte à y passer ses soirées. « De toute façon, Il est hors de question que je m’ennuie ! ». Elle regarde l’heure. Déjà 11 h 15. Un coup de rouge à lèvres pour la dernière photo et hop, il faut filer. Un autre rendez-vous l’attend…

Son objet fétiche :

Un Holga vintage, sans zoom, format carré et film argentique. C’est ce que cette adepte des nouvelles technologies a trouvé de mieux en fouraillant ses fonds de tiroirs : une envie de revenir aux sources de la photographie. Et si c’était cela, être créatif...

Plus d'infos : www.mumber.me

A retenirBy Mumber