Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilLoisirs, TourismeDécouvrir la Seine-MaritimePortraitsGrégory Gambarara : L'AUTO...DIDACTE

Grégory Gambarara : L'AUTO...DIDACTE

Retour
Publié : Il y a 6 ans

Il fait partie de ceux à qui donner un âge relève de la devinette. Un visage à peine marqué par les années, un regard rieur, un semblant d\'insouciance et une décontraction communicative… Personne ne donneraient à Grégory Gambarara la soixantaine sonnée. Bien souvent à cet âge le quidam songe plus souvent à la retraite qu\'à son avenir professionnel, Grégory Gambarara, lui, a créé sa marque de voiture, mais pas n\'importe quelle automobile. Depuis avril 2011, ce “jeune” chef d\'entreprise est le président de Biocar. Une modeste société basée dans un vieil entrepôt de la chambre de commerce de Dieppe. C\'est derrière les murs en brique d\'un des hangars du quai du Maroc qu\'un vaste atelier imagine, assemble et vend des véhicules électriques aux entreprises et aux collectivités locales.

Un vrai rêve de gosse. Un gosse né à Mons, en Belgique, qui se souvient encore avoir lu, relu et décortiqué chaque aventure de Michel Vaillant. Un enfant qui pour son premier exposé de collégien proposa et fouilla un sujet sur les 24 heures du Mans. « J\'aurais pu raconter n\'importe quoi à l\'époque, explique Grégory Gambarara. Mais j\'avais demandé des photos à l\'Automobile Club de l\'Ouest. Ce qui m\'a été envoyé était exceptionnel. » Suffisant pour nourrir et affirmer une passion dévorante. Quoique… Quelques années plus tard, c\'est au volant d\'une Simca 1000 Rallye 2, d\'une Autobianchi Abarth ou d\'une BMW sport qu\'il foudroie régulièrement quelques bandes de bitume en souvenir de vieilles bandes dessinées. C\'est certainement avec la même fougue que Grégory Gambarara démarre sa vie professionnelle chez Heuilliez.

Il est autodidacte, mais en 1983 cette entreprise lui ouvre les portes de son atelier de design. Il a 32 ans. « C\'était une autre époque », raconte-t-il. Une époque où le risque était autorisé. Bien loin des derniers mois qu\'il vient de passer à trouver des prêts auprès des banques pour que son projet de voiture électrique puisse enfin naître. Installée en Seine-Maritime grâce à Seine-Maritime Expansion, son entreprise s\'appuie pourtant sur une expérience. Celle des années passées au bureau de design de Renault concept. Mais Biocar est aussi née d\'une collaboration avec la société Technical Studio. Alors designer freelance, il participe au projet d\'une voiture électrique. Boosté par un appel d\'offre de la Poste, il développe avec eux la Little. « Quand la Poste a demandé un site de production en France, Technical Studio nous a revendu sa licence de fabrication de véhicules électriques. Biocar est née ainsi. » Associé à Marcos Martins, Grégory Gambarara envisage d\'ici trois ans de produire 500 véhicules à l\'année. En attendant, il faut convaincre de l\'intérêt de ses trois modèles de véhicules électriques capables de rouler plus de 100 km sans être rechargés.


Son objet fétiche
Pour Grégory Gambarara, ses albums sont des souvenirs symboles. « Il y a tous les métiers de ma vie dans les albums de Michel Vaillant : le design, la course et le constructeur automobile. Les 12 premiers albums étaient bien adaptés à la réalité. Les suivants étaient plus alambiqués et plus prévisibles. »

Son actu
Plusieurs grandes étapes dans les prochains mois pour Biocar et Grégory Gambarara. Du 29 septembre au 14 octobre, Biocar sera présentée au salon de l\'Automobile de Paris. D\'ici 2013, un travail avec l\'Institut des Matériaux de Rouen devrait également permettre l\'intégration de matériaux plus écologiques dans les véhicules de l\'entreprise dieppoise.