Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilLoisirs, TourismeDécouvrir la Seine-MaritimePortraitsHugues Duboscq, un nageur sur l'Olympe

Hugues Duboscq, un nageur sur l'Olympe

Retour

Hugues Duboscq, un nageur sur l'Olympe

A lui tout seul, le Havrais Hugues Duboscq revient avec deux des quarante médailles décrochées par la France aux J.O. de Pékin. Du bronze sur 100 m et 200 m brasse.
Quand il n'est pas en train d'aligner les longueurs en bassin, Hugues Duboscq n'est pas du genre à faire des vagues. Plutôt discret et modeste le garçon. Et pourtant, il aurait des raisons de se pavaner un peu : deux médailles de bronze en individuel sur 100 et 200 m brasse aux J. O. de Pékin. Un véritable exploit salué unanimement par la presse et le public français qui a vibré devant son poste de télévision. Alors quoi, Hugues ? « C'est un vrai succès partagé avec l'ensemble de l'équipe de France de natation. Nous étions tous dans le même état d'esprit. On nage d'abord pour s'éclater. » Ne cherchez pas la faille. Décidément, Hugues Duboscq a la mentalité des vrais champions : simple dans la vie, combattant dans l'effort. Et quel mental !

Reprise de nage

Après deux années noires, sans aucune médaille, il en aura fallu de la persévérance pour sortir la tête de l'eau et renouer avec la gagne. Hugues Duboscq sait ce qu'il doit à sa régularité dans l'entraînement et à la confiance qui le lie à son entraîneur Christos Paparrodopoulos

Finalement, quand il se présente à la finale du 100 m brasse dans le Cube de Pékin, Hugues Duboscq est confiant : « Je savais que le podium était à ma portée. Une fois à l'eau, j'ai maîtrisé ma nage. Je suis parti prudemment.

J'étais bien techniquement. » Et à l'arrivée ? « Je ne réalise pas tout de suite en regardant le tableau des résultats parce que je suis tellement myope que je ne vois pas si je suis 3e, 6e ou 8e. » Pour le 200 m, Hugues Duboscq renoue avec la distance qui lui réussissait quand il était plus jeune. La montée en puissance jusqu'au bout, une seconde médaille de bronze et un nouveau record de France à la clef. Au total, en deux olympiades, Athènes et Pékin, Hugues Duboscq marque définitivement l'histoire de la natation française avec trois médailles de bronze en individuel. Et tant pis pour sa modestie. Le prochain chapitre reste à écrire.

Retour au bassin

Hugues Duboscq a encore quelque chose à prouver. « Dans 4 ans, j'aurais 31 ans. Aujourd'hui je maîtrise ma nage et tel que je suis parti je peux encore progresser. L'idéal serait de finir ma carrière aux Jeux de Londres en 2012. » Reprise de l'entraînement début octobre et prochaine grosse échéance, les championnats du monde à Rome l'été prochain sur les deux distances 100 m et 200 m brasse. La marge de progression existe : « Je sais que je peux gagner quelques centièmes de secondes en travaillant mes virages.» Qu'on se le dise, l'athlète auréolé de bronze a déjà de l'or dans les yeux.