Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilLoisirs, TourismeDécouvrir la Seine-MaritimePortraitsPascal Tesnière

Pascal Tesnière

Retour

Pascal Tesnière, rameur solitaire

A Gonfreville l'Orcher, Pascal Tesnière prépare la Bouvet Guyane, course transatlantique à la rame qui s'élancera en janvier de l'année prochaine.

Découverte. Traverser l'océan Atlantique à la rame, sans escale et sans assistance, c'est le défi que s'est lancé Pascal Tesnière pour marquer ses 50 ans. C'est en faisant du vélo avec un ami que l'idée a germé, chacun exprimant un voeu pour son anniversaire. « Je ne connaissais même pas l'existence de la course Bouvet Guyane. Je l'ai découverte par la suite en faisant quelques recherches. » En 2012 justement, la troisième édition de la course transatlantique à l'aviron s'élancera du Sénégal pour relier la Guyane via le “Pot au Noir”. Quelques jours après avoir soufflé ses 50 bougies d'anniversaire, il a donc prévu de s'aligner sur la ligne de départ pour parcourir 2 600 milles nautiques (4 700 km) entre Dakar et Cayenne à la seule force de ses bras.
Pour accomplir ce pari un peu fou, Pascal qui n'a rien d'un marin compte néanmoins sur une endurance à toute épreuve et un mental d'acier acquis à travers la pratique de son sport de prédilection : le triathlon longue distance. « Le paradoxe est que je n'ai pas peur de l'aventure mais que j'ai peur de l'océan. »

Leitmotiv. Depuis maintenant un an et demi, entre les premiers coups de rame et la construction du bateau, les préparatifs s'accélèrent. À Gonfreville l'Orcher et dans ses environs, Pascal à travers l'association “Les bras de l'Océan” a déjà embarqué dans son projet de nombreux amis, collègues et bénévoles venus lui apporter soit un soutien financier, soit une aide technique pour assembler, durant près de 1 500 heures, les pièces en kit de son bateau. Au-delà du challenge technique et sportif, Pascal a tenu a développer un volet pédagogique avec les écoles gonfrevillaises. En dehors des cours d'histoire, de géographie ou encore de géométrie, les jeunes auront pour mission de décorer le bateau et de mettre en place un PC course. Pourtant, la plus grande fierté de Pascal sera certainement de porter sur l'océan, et au regard de tous, les couleurs de la Seine-Maritime et le nom de sa petite voisine Charlotte, marraine de son bateau et atteinte du syndrome de Rett, une maladie orpheline qui entraîne une régression motrice et mentale. « C'est pour elle et tous les enfants qui sont atteints de ces maladies que je vais ramer tous les jours durant les 40 à 60 jours nécessaires à parcourir ces 2 600 milles nautiques. »