Vos services Vos élus Vos sorties
AccueilLoisirs, TourismeDécouvrir la Seine-MaritimePortraitsPhilippe Constans, pêcheur moucheur

Philippe Constans, pêcheur moucheur

Retour

Philippe Constans, pêcheur moucheur

Dans le monde de la pêche, le “moucheur” se différencie par des nombreuses spécificités mises à jour par Philippe Constans, adepte de cette technique depuis plus de trente ans.Mais quelle mouche a bien pu piquer Philippe Constans ?

Ce pêcheur pourtant connu et reconnu par ses pairs et président du club des pêcheurs à la mouche du bassin de l'Arques, arpente curieusement la forêt à la recherche de quelques plumes ou de poils de bêtes sauvages ! Plusieurs fois par semaine et tout au long de l'année, le même manège se répète : il dit “partir à la pêche” mais pas n'importe laquelle : la pêche à la mouche. Le véritable pêcheur à la mouche peut donc faire office d'oiseau rare, collectionneur de trophées de “chasse” avant d'envisager des trophées de pêche.

Plumes de bécasse, de perdrix ou de poule d'eau, poils de lièvre, de chevreuil ou encore de cerf permettront effectivement de réaliser les meilleures mouches artificielles tout en conservant un aspect naturel destiné à piéger le poisson. Arrivé en Seine-Maritime dans les années soixante, Philippe Constans affiche une collection de pas moins d'un millier de mouches. Installé dans un petit atelier, il les a confectionnées minutieusement, l'une après l'autre, à l'aide d'un matériel digne d'un chirurgien. Comme tous les moucheurs de Seine-Maritime qui devaient parcourir des centaines de kilomètres pour assouvir leur passion en période hivernale, Philippe Constans peut désormais s'adonner à sa pêche de prédilection sur le parcours fédéral du Petit Launay à Saint-Aubin-le- Cauf. « La mouche est un type de pêche propre qui me convient bien et qui nécessite un équipement léger. »

Toujours armé de sa canne à pêche qui ne quitte jamais le coffre de sa voiture, Philippe Constans revient sur la différence qui existe entre partir à la pêche et aller à la pêche. Tout est, en effet, une question d'esprit pour celui qui défend le côté sportif de ce loisir, loin de la volonté de remplir son congélateur. « Il y a toujours quelque chose à apprendre au bord de l'eau », finit-il par conclure. « La convivialité des rencontres, le contact avec la nature, tout cela remet les idées en place et permet de se ressourcer. » Philosophe, lorsque Philippe Constans prend la mouche, il le fait uniquement pour une question de pêche.

Téléchargez le dossier "Pêche en eau douce" en Seine-Maritime (Magazine n°37 - Mai 2008)