Actualités Pour vous +servir Seine-MariTEAM76
Seine-MariTEAM76

Seine-MariTEAM76

Avec Un Été Au Havre, l'art s'installe en ville

Publié : Il y a 23 jours
©Grégory Chatonsky
L’art contemporain poursuit sa conquête du Havre et compte désormais une trentaine d’oeuvres, pérennes et éphémères, à découvrir jusqu’au 22 septembre.
 
Déjà huit éditions pour l’événement Un Été Au Havre. Le festival d’art contemporain investit de nouveaux sites en 2024 avec l’ajout d’une douzaine d’œuvres dans le paysage de la porte Océane. L’identité maritime de la ville est particulièrement mise en avant jusqu’au 22 septembre. L’une des sculptures, « Pacifique », est un bronze patiné d’Edgar Sarin, construit par la répétition d’une amphore qui s’empile six fois sur elle-même pour atteindre une hauteur de plus de 8 mètres. Clin d’œil à l’activité du transport maritime omniprésent au Havre, l’amphore était le container de l’Antiquité.
La cabane « No Reason to Move » de Max Coulon est dotée de larges pieds en bois sculpté. Ses fenêtres scrutent le visiteur depuis le toit du bâtiment de manœuvre du bassin du Roy où elle est installée. Elle offre une perspective sur l’architecture moderne (Perret) et contemporaine (Tour Alta) de la ville.

Des chaises tels des mâts

Avenue Foch, Emmanuelle Ducrocq a installé une série de mâts de tailles variables, « Entre », en haut desquels trônent des chaises récupérées dans différents quartiers de la ville. Elle les a retravaillées avec des vernis photosensibles. En février 2024, le dernier épi en bois de la plage a été démonté. En utilisant une technique de modelage en ciment, Stéphane Vigny l’a reproduit juste avant son enlèvement, à taille réelle, pour l’installer dans le prolongement de la promenade du bord de mer.
« Sur le toit », en partenariat avec la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris, est une œuvre-jardin à découvrir au dernier étage du parking des Docks. Cette micro-forêt urbaine a été pensée comme un refuge avec un panorama sur la ville. Autre point de vue à admirer aux Jardins suspendus : un hôtel des oiseaux y a été installé. L’artiste, Ad Minoliti, propose un grand parallélépipède de 6 mètres de hauteur avec des nichoirs et des abreuvoirs.

Réalité alternative

En vedette, Grégory Chatonsky poursuit cette année la matérialisation d’une « réalité alternative » de la vie au Havre, créée avec l’aide de l’Intelligence Artificielle (IA). 25 000 cartes postales uniques et numérotées, mettant en scène des habitants devant des œuvres imaginées par l’IA, seront distribuées pendant l’événement. L’artiste a réalisé un film d’animation avec les scènes de ses cartes postales, diffusé dans l’enceinte de l’Hôtel de Ville.
 
Plus d’infos sur uneteauhavre.fr