Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
COVID-19 : point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Aider un proche

©Archives Dpt 76 Alan Aubry

Bien souvent, ce sont les proches qui soutiennent leurs parents lors de la perte d’autonomie. Être aidant peut s’avérer devenir une occupation à temps plein. Comment concilier vie professionnelle, familiale et se préserver ?

Il existe différents lieux d'information et d'accompagnement ou de ressources en ligne, notamment des formations gratuites et accessibles à tout moment.

Trouver du soutien

Les CLIC

Les nombreux CLIC (Centres Locaux d’information et de Coordination) présents en Seine-Maritime exercent une mission d’accueil, d’information et d’orientation du public âgé de 60 ans et plus mais également de ses proches.
L’équipe du CLIC se déplace au domicile de la personne afin de lui proposer une évaluation multidimensionnelle de ses besoins et un plan d’accompagnement adapté. Les besoins des proches sont également pris en compte.
Les CLIC leur proposent ainsi un relais vers des solutions de répit (accueil de jour, hébergement temporaire, etc.) mais également différentes actions d’information et de prévention : forums, conférences, groupes de paroles, bistrots mémoire, formations, etc.
 
Différentes associations de soutien permettent également d’obtenir des conseils et une information personnalisée : France Alzheimer, France Parkinson, Association Française des sclérosés en plaques, France AVC,…
Certaines peuvent proposer des temps de rencontres et des formations spécialisées.

Les obligations de la famille

En termes juridiques - et contrairement à d’autres prestations comme l’APA - l’aide sociale aux personnes âgées hébergées est dite « subsidiaire ». Autrement dit, elle n’intervient que si la solidarité familiale ne peut pas jouer, soit parce que la personne âgée n’a pas de famille proche (enfants notamment), soit parce que ses enfants n’ont pas les moyens nécessaires pour contribuer à sa prise en charge. Le code civil prévoit en effet deux mécanismes de solidarité familiale :

Un “devoir de secours” entre époux :

Si les ressources du conjoint resté au domicile constituent la totalité ou une partie des ressources du ménage, il est tenu - au titre du devoir de secours - de participer aux frais d’hébergement du conjoint accueilli, avec toutefois certaines limites.

Une “obligation alimentaire“ entre ascendants et descendants :

Les parents ont l’obligation d’entretenir leurs enfants et, en contrepartie, les enfants (légitimes, adoptifs ou naturels) ont l’obligation de contribuer à l’entretien de leurs parents âgés. Cette obligation vaut aussi pour les gendres et belles-filles envers leurs beaux-parents sauf s’ils sont divorcés ou veufs et que les enfants issus de l’union sont décédés.

 

Liens utiles pour les aidants

Accompagner la fin de vie

Deux associations en Seine-Maritime peuvent apporter aides et conseils :