Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Les routes

©Marceau Bellenger

Avec plus de 5 800 kilomètres, la Seine-Maritime possède un réseau routier départemental dense dont le Département assure la gestion, l’entretien, l’aménagement et la modernisation.

Le Règlement de voirie

Le domaine public routier départemental est un vaste ensemble qui comprend à la fois les routes mais aussi les biens appartenant au Département de Seine-Maritime et qui sont affectés aux besoins de la circulation terrestre, à l'exception des voies ferrées. Le règlement départemental de voirie est un document officiel qui permet de gérer l'ensemble de ce domaine public routier de Seine-Maritime. Il prend en compte tous les aspects liés au domaine lui-même (nature, achat, gestion, occupation) mais aussi :

  • aux droits et obligations du Département notamment en matière d'entretien
  • aux droits et obligations des riverains pour les accès, les écoulements d'eaux insalubres et autres actions qui peuvent interférer avec le domaine public
  • aux occupations du domaine public par des tiers pour tout ce qui est relatif à la mise en place de travaux et aux conditions techniques d'exécution d'ouvrages
  • aux polices de la conservation et de la circulation sur le domaine routier départemental.

Le Schéma Directeur Routier Départemental

En concentrant des enjeux majeurs en termes de mobilité, d'accessibilité, de développement durable, de sécurité et de solidarité, la route n'est plus aujourd'hui un simple vecteur de communication. L'adoption par le Département, le 13 décembre 2011, d'un Schéma Directeur Routier a traduit ces évolutions et sa capacité à s'adapter aux évolutions techniques et sociétales.

En actualisant la politique routière adoptée 20 ans auparavant, le Schéma Directeur Routier constitue encore aujourd’hui un outil de référence technique et politique permettant au Département d'assurer la continuité de son réseau ainsi que d'exploiter et d'entretenir les 5 865 km de routes départementales.

Cet objectif s’accomplit via une stricte hiérarchisation du réseau et une promotion d'actions innovantes destinées à :

  • accentuer les initiatives en matière de sécurité routière
  • optimiser l'usage du réseau routier via une gestion dynamique des trafics et la communication vers l'usager
  • favoriser la mise en œuvre d'une route durable respectueuse de l'environnement humain et naturel

Avec les évolutions réglementaires, et notamment le transfert de 740 km de routes départementales à la Métropole Rouen-Normandie le 1e janvier 2016, et l’accent mis désormais sur la mobilité durable et les modes actifs de déplacement, le Département actualise son Schéma Directeur. Une nouvelle version sera disponible en 2021.

La sécurité routière

Mobilisé sur le terrain pour la création, l'entretien, l'exploitation et les aménagements de son réseau routier, le Département de la Seine-Maritime contribue à la sécurité sur ses routes.

Chaque jour, plus de 400 agents du Département travaillent sur les routes. Revêtement ou reprofilage de chaussées, gestion des accotements et des fossés, marquage au sol et installation de panneaux de signalisation, le Département gère et entretient 5 865 km de routes. Située au carrefour d'axes routiers importants l'A28, l'A13 et l'A29, la Seine-Maritime connaît un trafic important qui accentue potentiellement le risque d'accident.

Dans ce contexte, la sécurité routière est devenue l'une des préoccupations principales du Département. Car si le nombre de blessés sur les routes de la Seine-Maritime ne cesse de diminuer depuis quelques années, il y a encore trop d’accidents mortels.

Le Département s’appuie sur le Collège départemental de la sécurité routière (CDSR) pour proposer des mesures adaptées. À la lumière des éléments recueillis au sein du CDSR le Département réalise, sur le terrain, d'importants programmes d'investissement pour améliorer ses routes, implante des radars dits pédagogiques pour sensibiliser les automobilistes, réalise des comptages de véhicules pour mieux appréhender la fréquentation de certains axes ou encore met en place des expérimentations techniques.

Par ailleurs, il soutient financièrement les communes pour améliorer les conditions de circulation aux entrées et traversées de villes et villages. Le Département subventionne également des associations qui œuvrent en matière de réduction du risque. Enfin, il met, en place des actions de sensibilisation à la sécurité routière.

Les actions en matière de sécurité routière portent leur fruit. Les chiffres en témoignent. En 2019, 14 personnes sont décédées sur les routes du département contre 29 en 2018. En dépit de ces données, l'objectif reste le même : toujours plus de prudence pour une plus grande sécurité.

Le Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE)

L’objectif du Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement vise principalement à optimiser sur un plan technique, stratégique et économique les actions à engager afin d’améliorer les situations critiques et préserver la qualité des endroits remarquables.

Pour ce faire, un diagnostic a été mené, à l’aide de plusieurs outils : cartes de bruit, plaintes émises par la population, politique routière du Département et bilan des actions menées par le passé. Des zones dites « à enjeux » ont été délimitées, au sein desquelles des bâtiments sensibles sont soumis à des niveaux sonores élevés, et dépassant les seuils réglementaires. Le plan présente la méthode de priorisation de traitement de ces zones.

Pour en savoir plus : ppbe@seinemaritime.fr

Trafics routiers et transports exceptionnels

Le Département maintient au fil du temps une connaissance fine des trafics sur son réseau routier.

Ces données, indispensables aux études d'aménagement ou aux diagnostics de sécurité routière, constituent également un paramètre essentiel pour définir un entretien adapté des routes départementales.

A ce titre, le Département analyse les données issues des comptages permanents ou ponctuels qu'il réalise. Ce sont en effet, pas moins de 33 stations de comptages, installées à demeure, qui recensent tout au long de l'année, les passages des véhicules suivant leur type et la classe de vitesse pratiquée ; données qui sont complétées par des comptages ponctuels opérés par cycle de deux ans sur 460 sections de routes. De plus, il exploite 48 panneaux à messages variables (PMV) répartis sur l’ensemble du réseau routier départemental.

Ainsi, afin de valoriser cette connaissance du territoire, chaque année, en collaboration avec les différents gestionnaires de voirie, le Département produit une synthèse de ces données sous la forme d'une carte de trafics.