Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
COVID-19 : point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Radicalisation

©Archives Dpt 76 Alan Aubry

Au regard de ses compétences dans le domaine de la protection de l’enfance et des actions éducatives menées en direction des collégiens, le Conseil départemental se présente comme l'un des opérateurs privilégiés et partenaire majeur de la prévention de la radicalisation.

  • La sensibilisation et la formation des agents de la collectivité et des usagers
  • Le repérage et l’accompagnement des situations
  • Le développement du lien social, de la citoyenneté et des actions éducatives

Dans chaque Préfecture, des Cellules de Prévention de la Radicalisation et d’Aide aux Familles (CPRAF) ont été créées. Ces instances permettent d’examiner la situation de personnes signalées comme radicalisées ou suspectées de radicalisation. Depuis février 2020, le recrutement d’une psychologue spécialisée, en lien avec l’Etat, constitue une ressource locale de soutien aux professionnels départementaux comme de l’État. Cette professionnelle sert d’appui à tous les agents qui souhaitent être épaulés dans leurs pratiques en leur apportant écoute et conseils.

Mise en place d’un appel à projets commun au Département, à la Préfecture et à la CAF de Seine-Maritime. Il s’articule autour de 4 axes :

  • Actions d’accompagnement individualisé des jeunes en voie de radicalisation et de leurs familles,
  • Actions collectives de soutien à la parentalité en lien avec la radicalisation,
  • Actions collectives de prévention de la radicalisation auprès des jeunes publics (prévention primaire),
  • Actions de formation à destination des acteurs locaux.

Exemples de projets portés par des communes et des associations soutenus par le Département :

  • Association OLYMPIO pour l’action « Le mosaïque » sur le bien-vivre ensemble
  • Association OLYMPIO pour « SOUS EMPRISE » sur le cyber endoctrinement.
  • PREVANET pour « l’AJEN » (Atelier Jeunesse et Numérique).
  • Association Les Masquarades pour « Mise en place d’espaces scénarisés afin de prévenir les problèmes liés aux risques de la radicalisation par les réseaux sociaux chez les jeunes et de permettre le repérage d’éventuels cas d’embrigadement en partenariat avec l’Inspection Académique de la Seine-Maritime ».
  • ASPIC (Association Stéphanaise de Prévention Individuelle et Collective) pour « L’identité dans le miroir ».
  • Commune de Canteleu pour « Pour une Jeunesse Libre et Éclairée, ou comment prévenir les phénomènes de radicalisation ».
  • Commune de Saint-Étienne-du-Rouvray pour « Collégiens citoyens 
  • Commune de Saint-Étienne-du-Rouvray pour « Animation, coordination du plan local de prévention de la radicalisation et sensibilisation au phénomène de radicalisation aux agents municipaux confrontés au quotidien à la population ».
  • Commune de Saint-Étienne-du-Rouvray pour « Théâtre forum citoyen ».
  • Mission Locale du Havre pour « Le crayon, une arme pour prévenir la radicalisation ».
  • TERRAPSY – Psychologues sans frontières pour le « Service d’accompagnement et d’écoute/prévention primaire et secondaire de la radicalisation (SAE) ».
  • Commune de Montivilliers pour « Au travers d’un projet de prévention globale, aborder le phénomène de la radicalisation ».