Actualités Pour vous +servir Plan hiver : faire face aux intempéries
Plan hiver : faire face aux intempéries

Plan hiver : faire face aux intempéries

Dans les coulisses du musée Victor Hugo

Publié : Il y a 11 mois
©Marceau Bellenger
Fermé pour travaux, le musée Victor Hugo n’est actuellement pas accessible au public. Mais derrière les portes closes, ce n’est pas l’activité qui manque pour les agents et les entreprises extérieures qui œuvrent chaque jour pour maintenir le bâtiment en état et offrir une belle visite au public.
 
À Villequier (commune nouvelle de Rives-en-Seine), dans le couloir du premier étage du musée Victor Hugo, un peintre, nuancier en main, note les références des peintures murales. Dans la pièce attenante, les meubles sont recouverts de papier bulle, le parquet en bois est bâché. Habituellement ouvert à cette époque, le musée est fermé pour travaux depuis le 1er décembre.
 
Isabelle Ménoni, directrice de l’établissement par intérim, a hâte d’ accueillir de nouveau les visiteurs dès le 1er avril. Elle nous emmène dans les coulisses de cette bâtisse du XIXe siècle.  
 
« Nous avons entamé la deuxième phase de rénovation du musée. La première a été réalisée à l’hiver 2019 – 2020, nous avions alors refait les peintures des pièces d’exposition et de l’accueil. Actuellement, nous sommes en train de repeindre trois chambres, le bow-window (ndlr : ouvrage vitré en saillie sur la façade) et le couloir du premier étage. Des travaux nécessaires pour entretenir le bâtiment et permettre aux visiteurs de bénéficier d’une belle expérience de visite. » À l’extérieur du bâtiment, les menuiseries des garde-corps et d’un escalier sont aussi en cours de rénovation.
Avant chaque phase de travaux, la directrice et les six agents qui composent l’équipe du musée sont chargés de protéger tout ce qui se trouve dans la pièce, collections et mobilier. Mais au préalable, il faut prendre des photos pour ensuite remettre à l’identique chaque élément qui compose le décor, un travail qui nécessite organisation et méthode.
 
Au dernier étage sont conservées les œuvres non exposées. Dans cette réserve, il faut s’assurer de l’état des pièces, les ranger, les étiqueter. « Connaître ce que l’on possède nous permet de pouvoir le mettre en valeur lors des expositions thématiques ou dans les vitrines d’actualités du musée, qui changent régulièrement. Ces œuvres peuvent faire l’objet de campagnes de restauration : nous avons entre les mains des brouillons de manuscrits, des correspondances originales de Victor Hugo et de la famille Vacquerie. Le musée possède aussi des articles de presse, des photographies, des éditions originales. Ces documents doivent être conservés à l’abri de la lumière et de l’humidité. C’est pourquoi nous les exposons en alternance avec des reproductions à l’identique », poursuit la directrice.
 
Le musée possède aussi un fond composé d’ouvrages et d’articles en lien avec les pièces de la collection. Depuis le 1er décembre, Séverine, agent d’accueil, a répertorié près de 1400 documents dans un catalogue qui facilitera le travail de documentation pour préparer les futures expositions.
 
La visite se poursuit au premier étage et nous croisons Bruno. Il assure actuellement la coordination des entreprises de travaux. Il retapisse également les fonds de certaines vitrines et repeint les panneaux utilisés pour les expositions. Des missions différentes de son quotidien d’agent d’accueil mais qu’il effectue avec plaisir.
 
Différents corps de métiers interviennent sur le chantier. En effet, des travaux de restauration des luminaires datant du XIXe siècle, de cheminées d’époque et de toiles murales peintes – dont certaines sont encastrées dans des menuiseries – ont aussi été entrepris.
 
Enfin, cette fermeture exceptionnelle est l’occasion pour l’équipe de peaufiner la saison culturelle : « Le programme est établi un à deux ans à l’avance. Pour la réouverture au printemps, nous avons prévu d’organiser des visites guidées autour de Victor Hugo et l’enfance et sur le thème de ses voyages en Normandie. Chaque deuxième dimanche du mois, des lectures « au salon » seront proposées afin de faire entendre l’œuvre de Victor Hugo. Nous organiserons aussi des ateliers pour les scolaires et pour les familles, le but étant que les parents puissent profiter d’une activité pendant que leurs enfants sont pris en charge par des animateurs. Cette année, nous célébrerons aussi le 150e anniversaire de la publication du recueil de poèmes de Victor Hugo intitulé L’année Terrible et nous y consacrerons l’exposition temporaire. Enfin, dans le courant du second semestre, nous présenterons les photographies originales tirées d’un film muet de 1909, Le Roi s’amuse, inspiré de la pièce écrite par Victor Hugo. Ces photographies ont été confiées à un spécialiste qui va les remettre en état pour que nous puissions les exposer », conclut Isabelle Ménoni.
 
Rendez-vous le 1er avril pour la réouverture du musée.
http://www.museevictorhugo.fr/