Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
COVID-19 : point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Double je

Publié : Il y a 1 mois
©Ville de Canteleu

Réalisée et tournée par les 14-17 ans de l’accueil de jeunes de Canteleu, « Double je » est un court-métrage qui montre à quel point des mots et des images peuvent changer le court d’une vie. Le projet, subventionné par le Département, alerte sur les risques d'emprise politique et religieuse.

Entre Baptiste et Sarah, tout commence par un échange de sms. Une histoire tout à fait normale, jusqu’au jour où Baptiste invite Sarah à visionner des vidéos extrémistes. De l’indignation à l’adhésion, Sarah devient alors quelqu’un d’autre.

Fabien lui, rêve de fortune. Après un braquage raté, il est envoyé en centre de redressement. Là il découvre une idéologie qui va l’emprisonner dans des pensées sombres.

Chacun son rôle

C’est au sein de l’accueil de jeunes de la Ville de Canteleu que ce court-métrage est né. Suite à l’organisation d’une soirée débat  sur le thème de la radicalisation, des volontaires âgés de 14 à 17 ans ont souhaité s’impliquer dans un projet plus large. Ils ont alors suivi une demi-journée de sensibilisation au cyber-harcèlement puis une journée de formation aux techniques de réalisation vidéo, organisées entre autres grâce à la subvention de 4 500 € du Département. Guidés par les animateurs de l’accueil de jeunes et le réalisateur Camille Bruyn, ils ont ensuite construit le scénario.

« Afin de ne pas stigmatiser la radicalisation, le court-métrage traite le sujet sous plusieurs formes. Chacun a ensuite endossé un rôle, que ce soit devant ou derrière la caméra. Et cette expérience a même suscité quelques vocations : certains jeunes nous ont fait part de leur volonté de s’inscrire à des cours de théâtre », confie David Cavé, chef du service jeunesse de la Ville de Canteleu.

« La vidéo est un franc succès, elle recueille déjà 1 700 vues et nous avons été contactés par plusieurs chaînes radio et télévision », ajoute-t-il. La vidéo est même inscrit au festival du court métrage des CEMEA.

Sensibiliser plus largement

« L’objectif consiste à mobiliser les jeunes autour de la thématique de prévention de la radicalisation et permettre aux familles de comprendre et anticiper les signes avant-coureurs à la mise en place d’un comportement de radicalisation », explique David Cavé. Cet outil pédagogique est complété par une exposition : grâce au flash code situé sur chaque affiche, les visiteurs ont accès à un extrait du film.

Cette exposition a pour vocation d’être itinérante. Elle est actuellement visible au collège Gounod de Canteleu jusqu’au 18 décembre, puis sera exposée au collège Le Cèdre de la ville.

 

Appel à projet départemental

Dans le cadre de sa politique de prévention et de lutte contre la radicalisation le Département propose de subventionner des projets portés par les communes et associations de la Seine-Maritime.

Ce dispositif, mis en place en collaboration avec la Préfecture et la Caisse d’Allocations Familiales s’articule autour de 4 axes.

  • Actions d’accompagnement individualisé des jeunes en voie de radicalisation et de leurs familles,
  • Actions collectives de soutien à la parentalité en lien avec la radicalisation,
  • Actions collectives de prévention de la radicalisation auprès des jeunes publics (prévention primaire),
  • Actions de formation à destination des acteurs locaux.

C’est en construisant un projet autour de ce dernier que la commune de Canteleu a répondu à l’appel lancé par le Département.