Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Élise Russis : un saut qui lui vaut la médaille d'argent

Publié : Il y a 12 jours
©FFA
À 17 ans, la perchiste Élise Russis a déjà plus d’un titre en poche. Originaire de Freneuse, elle a été sacrée 3 fois championne de France cadette, et a remporté cet été la médaille d’argent aux Championnats du monde juniors de Nairobi.
 
Sur le tapis de la piste d’athlétisme du stade Jean-Adret à Sotteville-lès-Rouen, une jeune femme au visage rayonnant nous attend : il s’agit d’Élise Russis, vice-championne du monde de saut à la perche.
 
Élise est presque née avec une perche à la main. Son père, ancien athlète et désormais entraîneur, puis ses trois grands frères se sont tous élancés avant elle. Née le 30 novembre 2003, c’est à 10 ans qu’Élise fait ses premiers sauts, sous le regard de Daniel Russis, son père et coach. En 2019, la gazelle de Freneuse qui s'entraîne au Stade Sottevillais accomplit ses premiers exploits : elle a alors 15 ans et devient détentrice de la meilleure performance mondiale de la saison avec 4,16 m. La même année, elle est sacrée championne de France pour la première fois, un titre qu’elle remportera trois années de suite. Cette année, elle relève encore le niveau en se qualifiant pour les championnats d’Europe puis du monde juniors.
« Aux championnats d’Europe en Estonie, j’ai pris une claque. Je suis arrivée 6e avec un saut à 4,02 m ». À son retour, la jeune femme se ressaisit et le 31 juillet, elle bat son record personnel avec un bond de 4,21 m. « J’étais sélectionnée pour les championnats du Monde à Nairobi au mois d’août. Après la déception en Estonie, je me suis concentrée pour gérer la pression.» Et Élise Russis a bien rebondi puisqu’elle remporte le titre de vice-championne du monde junior au Kenya. « Je visais l’or. En me plaçant en deuxième position, je n’avais pas pris conscience que j’étais vice-championne du monde. C’est quand on m’a donné le drapeau français que j’ai réalisé. Ça a été un moment formidable. »
 
©World Athletics

Avec un niveau désormais international, la benjamine et seule fille de la famille fait désormais la fierté de ses aînés. Aujourd’hui à 17 ans, la jolie brune trace son chemin parmi les plus grands. Sur la piste, sa rapidité, sa force et sa souplesse l’entraînent déjà sur le devant de la scène. Son but : devenir sportive de haut niveau. Mais l’adolescente garde la tête sur les épaules. Même si elle passe des heures à s’entraîner (cinq jours par semaine), ce n’est qu’après ses cours à la fac de sport qu’elle fonce sur le terrain. « Depuis toute petite j’ai appris à m’organiser pour pouvoir gérer mon temps, mes devoirs et mes entrainements », car à la maison son entraîneur redevient le père de famille et chez les Russis, on assure son avenir. « Je sais que la perche est un sport que je ne pourrai pas faire toute ma vie. Je voudrais intégrer une école pour devenir kinésithérapeute. »
 
Côté compétitions, Élise Russis n’en rate pas une et surtout pas quand elles ont lieu près de chez elle « Je suis une adepte du Perche Elite Tour. C’est une expérience géniale au cours de laquelle j’ai eu l’occasion de sauter avec les meilleurs du monde. C’est fou, la salle est gigantesque, et il y a une super ambiance. La perche est vraiment une passion et même si je ne pratique plus ce sport comme un loisir, je prends toujours autant de plaisir sur la piste ». Ses prochains objectifs : participer aux championnats du monde l’année prochaine en Colombie et décrocher l’or. Bien évidemment, on espère la retrouver aux Jeux Olympiques de Paris 2024. « Ce serait un rêve, j’aurai à peine 20 ans et j’espère pouvoir y participer. Mais je sais que j’ai encore du chemin à parcourir, j’ai encore beaucoup de choses à améliorer, notamment ma course d’élan. »