Actualités Pour vous +servir Seine-MariTEAM76
Seine-MariTEAM76

Seine-MariTEAM76

Opération « solidarité gourmande » au profit de six épiceries sociales

Publié : Il y a 1 mois
©Julien Paquin
Ce lundi 15 avril, le Département vient de remettre officiellement le produit de la vente des burgers solidaires réalisée dans le cadre de l’animation de son stand au dernier Salon International de l’Agriculture : un montant record de 30 264 euros réparti entre six épiceries sociales et solidaires.
 
« Pour la troisième année consécutive, nous avons fait de la Seine-Maritime un moment de solidarité gourmande », s’est félicité Bertrand Bellanger, Président du Département, avant de remercier toutes les personnes qui se sont mobilisées pour cette opération, et plus particulièrement les agents du restaurant administratif, sur le feu neuf jours durant. Aux côtés de Cécile Sineau-Patry, vice-présidente en charge notamment de l’agriculture, Florence Thibaudeau-Rainot, en charge des solidarités humaines et Laurence Sellos, présidente de la Chambre d’Agriculture de la Seine-Maritime, le Président a ensuite procédé à la remise de la cagnotte issue de la vente des 2 500 burgers sur le stand de la Seine-Maritime, à six épiceries sociales et solidaires couvrant un large périmètre géographique. Il en a profité d’ailleurs pour rappeler que cette opération, à la croisée des compétences solidarités et agriculture, traduisait aussi « la volonté profonde de la collectivité de lutter contre les zones blanches et de porter la lutte contre la précarité alimentaire sur l’ensemble du territoire ».

5 044 euros pour chaque structure

Les six épiceries concernées (L’Atelier à Blangy-sur-Bresle, Le P’tit Marché du Littoral à Saint-Valéry-en-Caux, les épiceries des CCAS de Lillebonne, Grand-Couronne, Montivilliers et le CCAS du Havre) se sont donc réparti la somme de 30 264 euros, soit un montant de 5 044 euros pour chaque structure.
 
À Saint-Valery-en-Caux, Au P’tit marché du littoral, épicerie sociale et solidaire créée en février 2023 à l’initiative de la communauté de communes de la côte d’Albâtre et avec le soutien du Département, on sait déjà à quoi sera destinée cette somme : « Nous travaillons aujourd’hui sur un plan d’achat d’aide alimentaire de qualité. L’objectif est d’aller plus avant encore dans ce sens », explique Pierre Bénard, directeur de l’épicerie qui reçoit actuellement 35 bénéficiaires par semaine. L’épicerie a également le projet par la suite d’acheter une chambre froide. Même ambition pour L’Atelier à Blangy-sur-Bresle qui gère une épicerie sociale et solidaire et un Anim’truck, épicerie ambulante pour aller à la rencontre des familles en situation précaire en milieu rural. L’aide servira à promouvoir les circuits courts et la distribution de paniers fermiers solidaires, mais également le « bien manger ».

Développer la convivialité

Au-delà de l’aide alimentaire, les épiceries sociales et solidaires sont aussi des lieux d’échange et de convivialité en proposant différentes animations que ce nouvel apport financier pourrait contribuer à mettre en place. À l’épicerie sociale et solidaire du CCAS de Grand-Couronne qui suit aujourd’hui 80 familles, Thomas Hucher, directeur de la structure, a déjà quelques idées : « Pourquoi pas proposer une sortie culturelle grâce à cette enveloppe, ou même une visite des bénéficiaires au salon de l’agriculture 2025 ? ». Christine Déchamps, maire de Lillebonne et présidente du CCAS, se montre elle aussi très attachée à cette idée que « les bénéficiaires puissent s’autoriser des moments de partage ». « L’opération burgers solidaires nous permettra d’organiser par exemple des ateliers participatifs, autour du bien-être ou de la cuisine. » Les idées d’affectation ne manquent pas pour améliorer le quotidien des personnes les plus défavorisées.
 
En 2023, le Département a consacré 630 000 euros au soutien des structures de l’aide alimentaire. La lutte contre la précarité alimentaire est ainsi l'un des deux grands objectifs du Projet Alimentaire Territorial (PAT) de la collectivité adopté en 2020. L’autre volet porte sur le développement des circuits courts à travers la plateforme Monpanier76 mais aussi le soutien aux petits agriculteurs (2,7 millions d’euros engagés chaque année au titre de la politique de soutien aux petits investissements).