Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
COVID-19 : point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Le Plan Climat 2020/2025

©Marceau Bellenger

Élaboré par le Département afin de parer au mieux le réchauffement climatique, le Plan Climat 76 court sur la période 2020 / 2025 et poursuit 2 objectifs : réduire les émissions de gaz à effet de serre et adapter tout le territoire de la Seine-Maritime au risque climatique.

Vagues de chaleur, inondations, hausse du niveau des mers : les conséquences du réchauffement climatiques sont bien connues. Depuis les accords de Paris en 2015, la nécessité d’agir fait désormais consensus, avec cet objectif prioritaire : limiter la hausse de 2 degrés prévue quant à la température moyenne.

En France, un objectif de neutralité carbone (zéro émissions nettes) a été fixé à l’horizon 2050. Cela signifie diviser par 6 les émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’année de référence 1990 et une réduction de 40% pour un premier palier intermédiaire en 2030.

Si la Région est depuis 2015 l’autorité compétente pour planifier la transition écologique, les Départements, en tant qu’organisateur des solidarités humaines et au vu de leurs nombreuses compétences ont aussi leur mot à dire.

Déjà engagé dans des politiques en faveur du climat (Plan Climat Énergie territorial 2013-2018), le Département de Seine-Maritime s’est doté d’une nouvelle feuille de route allant jusqu’à 2025 et fixant 2 objectifs : réduire d’ici 2030 sa consommation propre d’énergie finale de 20% par rapport à 2012 et impulser avec les différents acteurs et habitants une dynamique collective de transition écologique sur le territoire. L’enjeu est double : à la fois réduire les émissions de gaz à effet de serre et adapter le territoire au risque climatique.

Les actions pour parvenir à réduire les émissions

Rénover l’habitat

En Seine-Maritime, de nombreux habitants vivent dans des logements mal isolés ou mal chauffés. Et ils ne disposent pas toujours des ressources financières suffisantes pour engager les travaux nécessaires. Le Département finance la rénovation des logements et proposait déjà des bonifications de ses aides sur la base de critères énergétiques. Depuis le 1er janvier 2019 il est de surcroît devenu délégataire des aides de l’État à la pierre sur l’ensemble du territoire hors grandes agglomérations.

Un nouveau Programme d’Intérêt général (PIG) de rénovation de l’habitat a ainsi été défini pour la période 2019-2022 et couvre un territoire comptant 372 000 habitants. Son objectif est de repérer les logements les plus énergivores ou qui ont besoin d’être adaptés en ciblant les publics les plus isolés et les plus fragiles. Puis, d’accompagner ces derniers en mobilisant les aides et financements nécessaires à la réalisation des travaux.

Lutter contre la précarité énergétique

Dans les années à venir, le coût de l’énergie va continuer à augmenter, affectant en priorité les plus vulnérables. Outre la lutte contre les logements dégradés, l’accompagnement des familles fait donc partie des priorités du Département. Avec son plan climat, il finance le logement à travers le Fonds de Solidarité Logement (FSL) qui associe également plusieurs contributeurs (bailleurs publics, Caisse d’allocations familiales, fournisseurs d’énergie…). Et avec son partenaire financier Électricité de France (EDF), le Département renforce sa politique de prévention de la précarité énergétique.

Rénover les bâtiments publics

Face à des réglementations environnementales de plus en plus exigeantes, de nombreux bâtiments publics doivent être mis aux normes. Une démarche concertée a été lancée avec le Syndicat Départemental de l’Énergie 76 (Syndicat de communes SDE76) pour proposer aux communes un service intégré à la rénovation des bâtiments publics : depuis l’audit énergétique jusqu’à la réalisation des travaux. Le Département envisage par ailleurs de renforcer son dispositif de subventions aux travaux de rénovation énergétique et propose une veille sur les financements innovants. Il rénove aussi ses propres bâtiments ainsi que ses collèges en adoptant la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE) depuis 2006.

Adapter la mobilité

Les transports sont responsables d’un tiers des émissions de GES dans notre pays. Le modèle routier reste prédominant : près de 80% des habitants de la Seine-Maritime utilisent ainsi leur voiture pour se rendre au travail et dans certains territoires mal desservis par les transports en commun, la voiture reste l’unique moyen de transports. 

Le Département poursuit donc sa politique en faveur des alternatives : il développe le covoiturage, encourage la pratique du vélo avec son plan départemental en faveur du vélo adopté en 2017 (aménagement de nouvelles voies cyclables, sensibilisation des collégiens à l’usage du vélo, promotion des 4 itinéraires vélos d’intérêt départemental : l’Avenue verte London-Paris, la Seine à vélo, la Véloroute du Lin et la Véloroute du Littoral). Enfin, il soutient et finance également les projets de plates-formes de mobilité qui proposent des solutions concrètes aux personnes éloignées de l’emploi ou qui rencontrent des difficultés à se déplacer.

Favoriser une alimentation durable

Soucieux de retrouver une alimentation à la fois saine, peu énergivore et de proximité, de plus en plus de consommateurs plébiscitent les circuits courts (vente directe ou par un seul intermédiaire). Pour mettre en lien producteurs locaux et consommateurs, le Département a lancé la plate-forme monpanier76.fr qui pointe sur une carte du département les bonnes adresses.

Promouvoir le développement durable

Au-delà des seuls enjeux énergétiques, le développement durable est porteur de valeurs sociales, de respect de la vie et des ressources, d’une vision plus qualitative, humaine et égalitaire de la société.  Cette vision a vocation à être relayée dans l’ensemble des actions menées par le Département qui dans ce domaine, soutient également les initiatives portées par d’autres acteurs. Les publics en insertion sont particulièrement sensibilisés et impliqués autour des problématiques liées au développement durable.

Associer les jeunes 

Le Département s’investit dans les collèges pour sensibiliser un nombre croissant de jeunes collégiens au développement durable. Il valorise des projets pédagogiques, propose aux établissements des parcours CRED 76 (Contrat de Réussite Éducative Départemental) dont une quinzaine touchent aux enjeux spécifiques du développement durable et s’engage dans l’apprentissage de la citoyenneté à travers le « conseil des collégiens » qu’il anime. D’ici 2025, tous les collèges devront avoir mené dans l’année au moins une action en faveur du développement durable, bénéficié d’une proposition de visite dans un ENS et présenter au moins un label dans le cadre des E3D (École/Établissement en démarche de développement durable).

Les actions pour adapter le territoire au risque climatique

Maîtriser les risques 

En Seine-Maritime, le réchauffement climatique se traduira dans les années à venir par un accroissement des risques : pluies plus intenses et inondations, sécheresses pesant sur l’activité agricole, submersions marines sur une côte fragilisée par la montée des eaux. 

Gestionnaire de la quasi-totalité des ouvrages de défense contre la mer sur le littoral depuis 1920 et d’une centaine de kilomètres de digues le long de la Seine, le Département est historiquement impliqué dans la gestion des ouvrages de protection contre les risques naturels. Avec ses partenaires, il veille à gérer le risque d’inondations sur la vallée de la Seine et le risque de submersions marines sur le littoral. Il cherche également à développer la culture du risque auprès des populations exposées afin de les sensibiliser au danger.

Préserver la biodiversité

Le Département gère aujourd’hui 24 Espaces Naturels Sensibles (ENS) représentant une superficie de plus de 1 000 hectares. Ces milieux naturels remarquables sont autant de réservoirs pour la biodiversité locale. Ils participent aussi à l’épuration de l’eau, au stockage du carbone et contribuent à la résilience du territoire.

L’aménagement de ces ENS se fait aussi à travers différents événements, animations et visites découvertes. Cela permet de sensibiliser un large public à la nécessité de préserver le patrimoine naturel.

Dans les années à venir et en lien avec ses partenaires, le Département va continuer à améliorer ses pratiques de gestion. Tout particulièrement celles concernant les espèces exotiques envahissantes, les essences forestières ainsi que la promotion des bonnes pratiques. Il poursuivra aussi sa politique d’acquisition foncière dans l’idée de créer des continuités et de renforcer la cohérence écologique du territoire.

Préserver la ressource en eau

Le changement climatique fait peser deux sortes de menaces sur la ressource en eau. Le premier étant le risque de pénurie liée aux sécheresses et canicules pendant la période estivale. Le second étant le risque de pollutions accrues ou de perturbation des milieux naturels liés au ruissellement et aux pluies abondantes pendant la période hivernale.

Pour contenir ces dangers, le Département renouvelle son partenariat avec l’Agence de l’Eau Seine Normandie (AESN) et se mobilise aux côtés des communes. Il participe ainsi au financement des principaux ouvrages, apporte via ses différents services son assistance technique et accompagne les acteurs de terrain. De cette manière, il maintient une eau de qualité pour l’ensemble des habitants tout en réduisant les pollutions à la source.

Téléchargement