Actualités Pour vous +servir Covid-19 : Point de situation
Covid-19 : Point de situation

Covid-19 : Point de situation

Une journée nationale pour valoriser et soutenir les aidants

Publié : Il y a 14 jours
©Marceau Bellenger
Ce mercredi 6 octobre, le collectif Je t’Aide initie la douzième édition de la Journée Nationale des Aidants. Cet événement est l’occasion d’informer sur leur statut et les divers dispositifs les accompagnant dans ce rôle.
 
Toujours bienveillants, ils prennent généralement soin d’une personne âgée ou handicapée et lui viennent en aide pour les actes du quotidien. Professionnels ou bénévoles, les aidants sont essentiels et chacun peut devoir assumer ce rôle un jour. De manière ponctuelle ou sur le long terme, toute personne peut effectivement être amenée à aider un proche confronté aux aléas de la vie : un conjoint, un parent, un enfant, voire même un ami ou un voisin, en perte d’autonomie ou en situation de handicap de façon définitive ou momentanée. C’est le cas de Gilles qui épaule Simone, sa mère, en lui rendant visite très régulièrement pour lui tenir compagnie et assurer quelques services, en complément de l’intervention d’une aide à domicile trois fois par semaine.

 

Cet engagement devient parfois rapidement une occupation nécessitant beaucoup de temps et d’énergie. L’accompagnement des aidants est donc essentiel. En collaboration avec l’Agence Régionale de Santé, le Département de la Seine-Maritime s’engage depuis de nombreuses années dans une politique de soutien aux proches aidants et facilite l’emploi de personnels spécialisés dans l’aide à domicile. La collectivité propose des aides financières pour compenser le manque ou la perte d'autonomie. L'Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA) et la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) permettent de financer tout ou partie des prestations d'aide à domicile, des services tels que le portage de repas, la téléalarme ou encore des travaux d'adaptation du logement. Elles peuvent aussi prendre en charge l'accueil temporaire dans une structure spécialisée ou servir à rémunérer le proche aidant.
 
Ce dernier a parfois besoin d’un peu de répit pour s’occuper de soi et peut alors compter sur diverses solutions : accueil temporaire, congé de proche aidant, soutien psychologique. Le Département intervient aux côtés de nombreux acteurs de l’aide aux aidants répartis sur son territoire. Ces structures essentiellement associatives favorisent des échanges constructifs et veillent à apporter les réponses les plus adaptées en fonction du profil de la personne aidée et des besoins exprimés par la personne qui l’épaule. Parce que leur rôle n’est pas tous les jours facile, les aidants ont eux aussi besoin de soutien pour exprimer et surmonter les difficultés morales.
 
Et lorsque le maintien à domicile ne convient plus, il faut envisager un nouvel hébergement. Là encore, diverses pistes se présentent et des accueillants familiaux agréés par le Département sont là pour tendre la main et ouvrir leur foyer. Contre rémunération, ceux-ci mettent à disposition d’une personne âgée ou handicapée une chambre individuelle au sein de leur logement et proposent des moments de partage. Alternative aux établissements spécialisés ou médicalisés, cette solution peut être permanente ou ponctuelle.
 
La solidarité concerne également les plus jeunes. Dans le domaine de la protection de l’enfance, de nombreux aidants apportent leur pierre à l’édifice. Assistants familiaux, tiers accueillants bénévoles et parrains contribuent ainsi par exemple à l’épanouissement de mineurs de l’Aide Sociale à l’Enfance.
 
Vous aidez vous-même un proche ? Retrouvez de nombreuses informations pratiques sur les dispositifs d’accompagnement en consultant cette page.