Actualités Pour vous +servir Plan hiver : faire face aux intempéries
Plan hiver : faire face aux intempéries

Plan hiver : faire face aux intempéries

Le jardin aux deux visages

Publié : Il y a 9 mois
©Grégory Caille
Cette semaine, la rédaction met le cap sur une sélection de jardins pour vous inviter à de bucoliques promenades. Situé dans la commune nouvelle de Buchy, le jardin de Valérianes ouvre la marche.
 
Michel et Marylin Tissait forment un couple uni par une passion commune. Aujourd’hui à la retraite, tous deux ne ménagent pas leurs efforts quotidiens pour constituer l’écrin de verdure de leurs rêves… et cela depuis bien des années ! « Vous voici ici au jardin de Valérianes. La valériane est une plante mais nous avons surtout choisi ce nom en référence à nos deux filles : Valérie et Anne. Aujourd’hui âgées de 47 et 45 ans, elles ont assisté à la transformation des lieux lorsqu’elles étaient plus jeunes », relate Michel.
 
Tout a commencé en 1981 par l’acquisition du terrain, niché au cœur de la campagne, sur lequel s’est bâti le foyer familial. Situé route d'Ennecuit à Bosc-Roger-sur-Buchy, celui-ci offre 2000 m2, un beau potentiel pour Michel, alors jardinier à l’hôpital de Rouen. Marylin, quant à elle assistante maternelle à l’époque, va vite mettre les mains dans la terre. La voilà rapidement contaminée par le virus du jardinage et le couple trouve l’équilibre parfait. L’homme maîtrise la technique et apprécie les sujets imposants, tandis que la femme laisse fleurir sa créativité et sa sensibilité, en s’attachant particulièrement au détail. « Je me plais à marier les couleurs, les hauteurs et les formes de feuillages », indique Marylin.



Tous deux se complètent et ce partage harmonieux des tâches va les mener sur un long chemin. Un voyage outre-Manche les inspire particulièrement et les voilà qu’ils s’attaquent à l’aménagement d’un jardin à l’anglaise. La tâche n’est pas aisée car le sol en pente regorge de cailloux. « C’est un terrain d’argile rouge à silex qui nous a demandé beaucoup d’efforts », se rappelle Michel. Il faut donc avant tout améliorer ce sol et bien choisir les cultures qui prendront place. De nombreuses plantes vivaces seront sélectionnées pour animer l’espace. Il y a fort à faire puisque la surface de jeu est doublée avec l’acquisition de la parcelle voisine ! Aujourd’hui, la pelouse est impeccable et très courte, les massifs s’expriment et une magnifique perspective surprend le visiteur. La nature reprend ses droits en ce début de printemps et le spectacle sera encore plus grandiose dans un mois, lorsque les fleurs dévoileront leurs couleurs. « Nous avons choisi de planter des espèces dont la floraison est étalée dans le temps, afin que le jardin évolue tout au long de la période d’ouverture », précise Michel. Marylin est restée un peu plus loin, affairée à désherber et à ramasser des branchages. « Elle ne peut jamais s’arrêter de travailler », plaisante son conjoint.



Puisque le courage ne manque pas et que le cœur est véritablement à l’ouvrage, pourquoi se contenter de 4000 m2 ? En 2000, la ferme en face est à vendre, avec son terrain de 8000 m2. Les époux Tissait saisissent l’opportunité. Il leur suffit de traverser la paisible route de campagne pour étendre leur royaume végétal. « C’était ici une prairie sauvage, une grande page blanche où tout était à imaginer. Nous n’avions pas envie de reproduire le même schéma et nous avons développé un jardin à l’esprit asiatique », expliquent-ils. Une ambiance zen est ici cultivée. La balade est agréable sous ce soleil, le décor est changeant au fil des pas et les passionnés ne se lassent jamais d’arpenter leur propriété. « Nous sommes nous-mêmes surpris du développement de ce lieu. Nous sommes sur un plateau de limon bien plus favorable », se réjouit Michel. Une belle collection d’arbres (des érables, des bouleaux, un arbre aux mouchoirs…) se présente. Une taille de transparence est pratiquée pour valoriser les troncs et élargir le champ de vision pour profiter au maximum du paysage. Au pied de ces sujets, des plantes adaptées à l’exposition se côtoient. Parmi elles se cachent des sculptures en bois ou en métal. De nombreux recoins proposent des bancs et chaises pour se poser un instant. Une grande pièce d’eau accueille des carpes koïs et des grenouilles vertes. Des hérons viennent parfois leur rendre visite. « Le végétal a véritablement attiré l’animal et celui-ci participe désormais pleinement à l’équilibre du jardin », commente Michel.



La balade se termine, le dépaysement a été au rendez-vous. Au-delà de l’influence britannique d’un côté et de l'ambiance asiatique de l’autre côté, les plantes rencontrées sont originaires des quatre coins du globe. Michel et Marylin ont donné vie à un magnifique endroit qui ne cesse de se réinventer. « Un jardin est toujours en mouvement et nous procédons régulièrement à des changements. Nous entretenons de manière naturelle et tâchons de privilégier toute solution qui permette que cet environnement se régule de lui-même. On a usé bien des outils et des brouettes pour ce résultat. Cette activité constante entretient notre forme physique et on continuera tant qu’on peut. C’est surtout un plaisir de partager le fruit de notre travail avec les visiteurs. »


 
Le jardin de Valérianes vous accueillera du mercredi au dimanche ainsi que les jours fériés, de 13h30 à 18h30 entre le 15 mai et le 15 septembre. Infos pratiques sur http://jardindevalerianes.e-monsite.com/
 
Le lieu est partenaire de l’opération Pass’Jardin organisée par le Département. Inscrivez-vous en ligne sur cette page pour bénéficier d’une entrée gratuite pour une entrée achetée sur simple présentation d’un coupon.