smartphones infos informations
 

PRATIQUE

PLUS DE SITES

INFOS MOBILES

Seine-Maritime > Actualités > Sport > Tour de France : Rencontre avec Johann Petit, chauffeur de la caravane Skoda

Tour de France : Rencontre avec Johann Petit, chauffeur de la caravane Skoda

Publié le 03/07/2015
Tour de France : Rencontre avec Johann Petit, chauffeur de la caravane Skoda
Johann Petit a 39 ans et habite à Oissel. Avec 6 tours de France à son actif en tant que chauffeur de caravane, il revient une 7e fois sillonner les routes de la mythique course.

Comment êtes vous entré dans l’aventure du Tour de France ?

Ce n’est pas simple de faire partie de la formidable aventure de la grande boucle et, chaque année, les agences événementielles qui gèrent les marques présentes sur le Tour reçoivent beaucoup de demandes pour peu de places disponibles. Pour ma part, j’ai eu l’opportunité d’être recommandé par Alain Loret, professeur des universités, après avoir suivi le Master Management et Marketing du sport pro à l’université de Rouen.

Combien de Tour de France avez-vous vécu ?

Ce sera mon 7e Tour cette année et à vrai dire, je ne m’en lasse pas ! Après avoir été chauffeur de la caravane Vittel pendant 5 ans, c’est maintenant pour SKODA que je roule ! J’ai eu la chance de conduire plusieurs fois des véhicules de la marque Tchèque sur les routes du Tour et me suis, au fil des années, en quelque sorte, « approprié » la marque. C’est une formidable aventure de vivre de l’intérieur le Tour chaque année et la vivre dans un tel dispositif (Skoda est partenaire du maillot vert) la rend encore plus fabuleuse.

Quel est le souvenir le plus marquant ? Le plus insolite ? Le Plus drôle ?

Toutes les étapes vécues de l’intérieur donnent à voir et à vivre des moments forts et procurent des souvenirs inoubliables. Les étapes de montagnes sont, comme pour beaucoup de caravaniers, celles que je préfère ! Alors même si, depuis 7 ans, des souvenirs sont plus marquants que d’autres (le départ en principauté de Monaco pour mon 1er Tour ; l’arrivée au Mont Ventoux en 2009 en poussant pare-choc contre pare-choc le véhicule « Mehari » en panne dans les 2 derniers kilomètres de l’ascension ; l’arrivée et le départ à Rouen en 2012 où tous les 300 mètres j’entendais crier mon nom parmi les spectateurs qui savaient que je participais…), ce que je retiens avant tout, ce sont les millions de spectateurs présents sur le bord des routes qui ont le sourire, font la fête et qui nous rappellent chaque jour que de participer à l’événement « Tour de France », c’est vraiment être privilégié ! J’ajouterais simplement qu’il y a un côté frustrant dans cette aventure, c’est que l’on ne peut pas distribuer de goodies à tous ces bras qui se tendent devant nos véhicules... On voudrait bien mais malheureusement, c’est impossible, pris par les contraintes horaires imposées par la course et on ne peut s’empêcher de culpabiliser de ne pas avoir pu faire plaisir à tout le monde et surtout aux plus jeunes… C'est une formidable aventure humaine et je ne peux que conseiller à toutes celles et ceux qui auraient l'opportunité de la vivre de ne surtout pas la manquer !

Quel est le cycliste qui vous a le plus impressionné ?

En fait, tous les coureurs m’impressionnent… Lorsque l’on fait l’étape et que l’on passe ½ heure avant eux, on se rend vraiment compte de la difficulté de ce sport et ce n’est pas étonnant de voir cette foule immense se presser sur le bord des routes pour les encourager ! Il est vrai aussi que la caravane publicitaire y est pour beaucoup avec ses nombreuses animations, son folklore, qui marque depuis plus de 100 cent ans des générations entières de français… Voilà le secret du formidable engouement populaire de cette course qui, rappelons-le, est le plus gros événement sportif gratuit au monde et le 3e le plus suivi après les JO et la Coupe du Monde de foot…

Quel sera votre rôle dans cette édition 2015 ?

Et bien, comme d’habitude, je serai au volant d’un véhicule. J’aime conduire et pendant près d’un mois, on peut dire que je serai à nouveau dans mon élément ! Si les coureurs vont « avaler » environ 3500 kilomètres jusqu’aux Champs Elysées, pour les caravaniers, il faudra en compter à peu près 8500 avec les transferts et les à côtés ! Ce n’est donc pas de tout repos mais j’ai la chance de disposer d’une voiture particulièrement confortable ce qui, vous le comprendrez, ne gâche pas le plaisir…

En parallèle, pouvez-vous décrire votre expérience du haut niveau dans le domaine du billard français ? Votre palmarès, votre actualité ?

En effet, en parallèle à mon activité professionnelle (chargé de développement au Comité Régional Olympique et Sportif de Haute-Normandie), je suis joueur de billard, discipline dans laquelle j’évolue à haut niveau (catégorie Masters) depuis une quinzaine d’année. Avec le soutien de la Région et du Département de la Seine-Maritime, mon club le BC Oissel, évolue en 1e division par équipe depuis 10 ans.

Après un début de saison exceptionnel pour moi et un record du Monde établi au championnat du Monde en France à St Brévin les Pins en octobre, il est désormais temps pour moi de passer du tapis vert aux routes de la Grande Boucle !

SEINEMARITIME.TV

Et vous … où en êtes-vous avec les Gouzous ?

Pour les 500 ans de la ville du Havre, le graffeur Jace propose une chasse au tr…
Geopixels 2017
Département
de la Seine-Maritime
Hôtel du Département
Quai Jean Moulin, CS 56101
76101 ROUEN CEDEX
Tel : 02 35 03 55 55